Le barrage de Port au centre de la régulation des eaux du Jura

Il y a tout un système mis en place pour réguler les eaux du Jura. L’objectif est d’éviter ...
Le barrage de Port au centre de la régulation des eaux du Jura

Il y a tout un système mis en place pour réguler les eaux du Jura. L’objectif est d’éviter les inondations comme cela s’est produit la semaine dernière

Un système est fait pour éviter que des évènements comme la semaine dernière ne prenne trop d'ampleur. (Photo : archives/Jonathan Vallat). Un système est fait pour éviter que des évènements comme la semaine dernière ne prenne trop d'ampleur. (Photo : archives/Jonathan Vallat).

Réguler les eaux pour réduire l’impact des crues des lacs du pied du Jura. C’est l’objectif des six cantons concernés, Berne, Fribourg, Neuchâtel, Vaud, Soleure et Argovie ainsi que de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). Pour ce faire, tout un mécanisme est en place afin d'éviter de trop lourdes conséquences liées à des évènements comme la semaine dernière. L’une des pièces maitresses de ce système est le barrage de Port. Puisqu’il agit sur le niveau des lacs et sur le débit de l’Aar. Les cinq vannes présentes sur le barrage permettent d’abaisser le niveau du lac. L’idée est qu’il puisse absorber un volume d’eau plus important, ce qui va avoir une influence directe sur les lacs de Neuchâtel et de Morat puisqu’ils sont reliés par les canaux de la Thielle et de la Broye. En contrôlant les masses d'eau à la sortie du lac de Bienne, le barrage de Port permet aussi de réduire les risques de crues de l'Aar en aval. Si le lac de Bienne est une pièce centrale de cet engrenage, c’est notamment car il recueille les eaux d’un quart de toute la surface de la Suisse.

Des corrections avec un but bien précis

Des travaux de correction ont eu lieu entre 1962 et 1973 pour permettre d’améliorer cette régulation. Des corrections qui avaient un but bien précis. Effectivement, l’objectif était d’à tout prix éviter de nouvelles inondations comme en 2007. Mais pour ceci, il est primordial que la régulation des niveaux et des débits concilie les intérêts divergents des différents acteurs. Des questions doivent donc se poser comme par exemple : « faut-il inonder le canton d’Argovie pour éviter une crue du lac de Bienne ? » Et justement, ces cinq vannes du barrage de Port sont réglées de façon à maintenir les variations des eaux dans des limites qui tiennent compte des exigences au niveau des lacs de Bienne, de Neuchâtel, de Morat et du débit de l’Aar en aval.

A la fin de la semaine dernière, les représentants des six cantons se sont concertés avec l’OFEV pour décider de continuer à augmenter le débit de l'Aar à la sortie du lac de Bienne. L'objectif était de créer de la place dans les trois lacs en cas de nouvelles précipitations. /ATS-lge


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus