La pandémie a permis de populariser le 144

Le numéro d’urgence était encore peu connu il y a quelques années. Mais après une année de ...
La pandémie a permis de populariser le 144

Le numéro d’urgence était encore peu connu il y a quelques années. Mais après une année de crise sanitaire, les ambulanciers sentent que leur profession est plus connue

Les ambulanciers étaient au centre-ville de Neuchâtel pour donner un maximum d'informations aux curieux. Les ambulanciers étaient au centre-ville de Neuchâtel pour donner un maximum d'informations aux curieux.

C’est la journée nationale du 144. Comme chaque 14.4, le numéro d’appel d’urgence est mis en avant par les différents métiers d’urgences. Des stands d’informations étaient mis en place ce mercredi dans toute la Suisse. Dans le canton de Neuchâtel, les ambulanciers étaient par exemple présents mercredi matin à Fleurier, Cernier ou encore toute la journée à Neuchâtel.

Le but de cette campagne, c’est de rappeler l’existence du numéro 144 lorsqu’il y a une urgence médicale. Un numéro qui était encore inconnu pour un tiers des Suisses il y a quelques années. Aujourd’hui, près d’une année après le début de la crise sanitaire du coronavirus, le 144 a gagné en popularité puisque de nombreux cas de Covid-19 ont utilisé ce numéro pour être amenés à l’hôpital. Pour Jean-Marie Tinembart, ambulancier à Neuchâtel et président de la section neuchâteloise pour l’association suisse des ambulanciers, le 144 est donc bien plus connu aujourd’hui. Mais la pandémie a aussi provoqué un changement dans la popularité du travail des professionnels de la santé. Leur métier est aujourd’hui mieux connu, et eux-mêmes ont appris à travailler seul au lieu des groupes de deux, et à désinfecter très régulièrement leur matériel.

Jean-Marie Tinembart, ambulancier à Neuchâtel : « on commence vraiment à bien parler de notre métier »

Présentation d’une ambulance

Cette journée nationale était aussi l’occasion de présenter le matériel utilisé par les ambulanciers lors de leurs interventions. A Neuchâtel, une ambulance se trouvait portes grandes ouvertes au centre-ville et invitait les curieux à la visiter. Des professionnels apportaient aussi toutes les informations supplémentaires à ceux qui le voulaient.

Il était également possible de se rafraichir la mémoire quant aux gestes à prendre lors d’un massage cardiaque. L’occasion de rappeler que dans la chaîne de secours, les structures professionnelles arrivent bien plus tard que les témoins directs. Il faut aussi noter qu’appeler le 144 n’est pas seulement un geste à avoir afin de faire venir une ambulance. Dans 50% des cas, la centrale d’urgence donne des conseils et peut aiguiller vers d’autres soins si la situation est jugée stable. /swe


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus