Du sursis pour un homme violent

Un homme écope d’une peine de 23 mois avec sursis pour de multiples infractions dont des lésions ...
Du sursis pour un homme violent

Un homme écope d’une peine de 23 mois avec sursis pour de multiples infractions dont des lésions corporelles à l’encontre d’une ancienne compagne

La lecture du jugement s'est tenue à l'Hôtel de Ville de Neuchâtel lundi. (Photo d'archives) La lecture du jugement s'est tenue à l'Hôtel de Ville de Neuchâtel lundi. (Photo d'archives)

Le juge l’a dépeint comme un homme qui prend le pouvoir domestique par la peur. Le Tribunal criminel a rendu son verdict lundi après-midi à Neuchâtel à l’encontre d’un homme de 39 ans accusé de multiples infractions. Au final, l’accusé écope d’une peine de 23 mois avec sursis durant 5 ans. Il a été reconnu coupable de trafic de stupéfiants, de séjour illégal mais surtout de lésions corporelles, de contrainte et de menaces à l’encontre de deux anciennes compagnes. En revanche, le juge n’a pas retenu la contrainte sexuelle et le viol, au grand dam de l’avocat de la principale plaignante qui se dit choqué par la position du tribunal. Le juge a évoqué des déclarations changeantes de la part des victimes. Le doute profite donc à l’accusé sur ces points précis.

L’accusé a en revanche été reconnu coupable d’avoir frappé l’une de ses ex-compagnes à plusieurs reprises. Le juge a aussi estimé qu’il avait entravé la liberté d’action de ses compagnes, en exerçant notamment un contrôle sur leurs relations extérieures, d’où la contrainte. Il a dépeint un homme qui suscite un sentiment généralisé de peur dans son entourage, un homme au double visage avec de violents accès de colère passagers.

S’il échappe à la prison, l’accusé a toutefois l’interdiction d’approcher à moins de 200 mètres ou de contacter les deux victimes, hormis dans le cadre d’un droit de visite à son fils. Il devra aussi se soumettre à un suivi pour auteur de violences conjugales. Le coupable sera par ailleurs contraint de s’acquitter de plus de 30'000 francs de frais.

Les parties ont dix jours pour faire une annonce d’appel. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus