La pandémie encourage les directives anticipées

Plus de Suisses qu’habituellement ont rédigé leurs directives anticipées en mars. Cependant ...
La pandémie encourage les directives anticipées

Plus de Suisses qu’habituellement ont rédigé leurs directives anticipées en mars. Cependant, bon nombre d’entre eux ne se sont pas attaqué à ce sujet tabou

Le nombre de directives anticipées a augmenté par rapport à l'année dernière. (Photo: ldd) Le nombre de directives anticipées a augmenté par rapport à l'année dernière. (Photo: ldd)

Plus de 4 Suisses sur 10 disent songer à la rédaction de directives anticipées selon un sondage publié en novembre. Ces volontés écrites déterminent les traitements médicaux qu’on est prêt à recevoir. Cela peut constituer par exemple en une intubation dans le cas du covid. Elles sont utilisées si on est plus en état de prendre la décision nous-même. Le nombre de directives anticipées rédigées a augmenté en mars par rapport à la même période l’année passée. Le chargé de communication pour Caritas Fabrice Boulé l’explique par la plus grande exposition médiatique de ce sujet, en marge de la pandémie. 

Les directives anticipées permettent aux proches d’éviter de prendre des décisions parfois difficiles. 

Beaucoup de Suisses n’ont pas rédigé ces décisions. Fabrice Boulé l’explique par le caractère tabou de ce sujet. /pha


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus