La facture sociale est passée en dessous de 200 millions

Le recours à l'aide sociale est en baisse dans le canton de Neuchâtel et est passé de 7,5 à ...
La facture sociale est passée en dessous de 200 millions

Le recours à l'aide sociale est en baisse dans le canton de Neuchâtel et est passé de 7,5 à 7% en deux ans. Elle permet à la facture sociale de passer sous les 200 millions

Le Conseil d'Etat a indiqué que ces chiffres satisfaisants avaient pour source les grandes réformes. Le Conseil d'Etat a indiqué que ces chiffres satisfaisants avaient pour source les grandes réformes.

« Les grandes réformes menées portent leurs fruits », a indiqué lundi l'Etat de Neuchâtel dans son rapport social 2019. « L'objectif qui consistait à modérer la forte progression des coûts constatée depuis le début du millénaire a été surpassé, puisque la hausse n’a pas seulement été réduite, mais qu’elle a été stoppée », a-t-il ajouté. Cette amélioration se traduit dans les coûts de la facture sociale, supportés par le canton et les communes, qui sont en dessous de 200 millions de francs pour 2019 , soit plus bas que le niveau qui prévalait en 2015

« La suppression des effets de seuil, le développement des soutiens individuels en amont de l’aide sociale et le renforcement continu des moyens dévolus à l’insertion ont contribué de manière significative à cette évolution positive », a expliqué le canton. La nouvelle stratégie cantonale d'intégration professionnelle a aussi permis de réduire fortement le taux de chômage jusqu’à la crise sanitaire.

Les chômeurs de longue durée et les arrivées en fin de droit ont fortement baissé. Si le revenu disponible équivalent médian de la population neuchâteloise progresse, l'amélioration a avant tout profité aux personnes ayant un revenu disponible équivalent de plus de 30'000 francs, tandis que les personnes les plus précarisées ont vu leur pouvoir d’achat stagner, peut-on lire dans le rapport.


Eviter la précarisation

« Afin d’inverser cette tendance inquiétante et de réduire le risque de pauvreté », le canton a introduit différentes mesures depuis trois ans: renforcement des subsides d’assurance-maladie octroyés aux personnes à faibles revenus, entrée en force du salaire minimum cantonal, extension des avances sur pensions alimentaires ou encore abaissement de l’imposition des faibles revenus.

Le rapport social propose une série d’indicateurs établis à fin décembre 2019, quelques mois avant le début de la pandémie en Suisse, et servira de base de référence pour alimenter les réflexions. « Il s’agira d’éviter que la crise ne se traduise par une péjoration de la situation des personnes qui connaissaient déjà une situation précaire auparavant, tant sous l’angle des ressources matérielles que de l’intégration sociale et professionnelle », a expliqué le canton. /ATS-lfe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus