Le DAV et le MahN participent à la Journée mondiale du patrimoine audiovisuel

Les deux institutions neuchâteloises sont les seules du canton à avoir répondu à l’appel lancé ...
Le DAV et le MahN participent à la Journée mondiale du patrimoine audiovisuel

Les deux institutions neuchâteloises sont les seules du canton à avoir répondu à l’appel lancé par Memoriav. L’événement aura lieu du 27 au 29 octobre

(photo : Nations Unies) (photo : Nations Unies)

«  Weisch no  ? Tu t’souviens  ? Ti ricordi  ?  », est le slogan national choisi par Memoriav, pôle national de compétence pour la sauvegarde et la conservation de l’audiovisuel, pour célébrer la journée mondiale du patrimoine audiovisuel. Une trentaine d’institutions culturelles de toute la Suisse ont annoncé leur participation. Des visites, des rencontres et des projections sont à découvrir du mardi 27 au jeudi 29 octobre.

Dans le canton de Neuchâtel, deux institutions joueront le jeu. D’un côté, le Musée d’art et d’histoire (MahN) de Neuchâtel proposera la projection d’un film le 29 à 18h30. Intitulé «  Au village du chocolat  », ce métrage de 19 minutes a été réalisé en 1948 pour le compte de l’entreprise Suchard. Il met notamment en valeur la politique sociale du chocolatier, avec un aperçu du site de Serrières et de sa colonie de travailleurs. Le film sera introduit par Aude Joseph, responsable du Département audiovisuel de la Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds (DAV), puis une discussion suivra sa diffusion.

Le DAV, justement, est la deuxième institution à contribuer à la Journée mondiale du patrimoine audiovisuel. En raison de la situation sanitaire, la participation sera virtuelle cette année. Un dossier a été mis en ligne sur le site de la Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds. Le DAV propose aux amateurs quelques trésors conservés dans ses collections. Par exemple, un film amateur des années 30, «  L’école est un vrai plaisir  », qui montre comment un instituteur du canton utilisait l’audiovisuel dans son enseignement. On peut également découvrir un fonds photographique de l’Office du patrimoine et de l’archéologie, ou encore des extraits d’une émission de Radio-Hôpital consacrés au cinéaste neuchâtelois André Paratte. Tout le matériel est documenté.


La conservation audiovisuelle, une priorité

Les documents audiovisuels, tels que les films, les émissions télévisées et radio, les enregistrements audio et vidéo, contiennent les archives principales des XXe et XXIe siècles, indique Memoriav dans un communiqué mercredi. En dépassant la langue et les frontières culturelles et en faisant immédiatement appel à la vue et à l'ouïe, aux personnes instruites comme illettrées, les documents audiovisuels ont transformé la société en devenant un complément permanent aux documents écrits traditionnels.Cependant, ils sont extrêmement vulnérables et on estime que nous n'avons pas plus de 10 à 15 ans pour convertir les documents audiovisuels en documents numériques pour empêcher leur perte, souligne le centre de compétence. Une grande partie du patrimoine audiovisuel a déjà été perdue par la négligence, la destruction, l'affaiblissement et le manque de ressources, de qualifications et de structures. /ATS-dsa    


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus