Un Neuchâtelois s’installe dans la première ParaColoc de Suisse

Un projet de la Fondation suisse pour paraplégiques permet aux blessés médullaires d’entrer ...
Un Neuchâtelois s’installe dans la première ParaColoc de Suisse

Un projet de la Fondation suisse pour paraplégiques permet aux blessés médullaires d’entrer en colocation pour gagner en autonomie. Le Neuchâtelois Antoine Barizzi fait partie des premiers résidents

Antoine Barizzi (au centre) avec deux de ses nouveaux colocataires. (photo : Fondation suisse pour paraplégiques) Antoine Barizzi (au centre) avec deux de ses nouveaux colocataires. (photo : Fondation suisse pour paraplégiques)

La vie en colocation est désormais possible pour les paralysés médullaires. La Fondation suisse pour paraplégiques (FSP) a récemment concrétisé le projet ‘ParaColoc’. La toute première colocation de Suisse adaptée pour les fauteuils roulants a été inaugurée vendredi passé à Schenkon, dans le canton de Lucerne. Celle-ci s’adresse à des jeunes de 17 à 27 ans, originaires de toute la Suisse et de la principauté de Liechtenstein.

L’objectif du projet est « le retour vers un maximum d’autonomie et d’indépendance, […] d’aider ces résidents à retrouver les réflexes du quotidien dans un chez soi », affirme Guillaume Roud, attaché de presse de la FSP.

La durée de résidence dépendra principalement de la durée de la formation suivie, ou sur le point d’être entamée, par le résident.

Les colocataires sont soutenus par une équipe de spécialistes pour subvenir aux besoins engendrés par leur condition. D’une part, ils reçoivent des soins médicaux et, d’autre part, ils bénéficient d’une assistance sociale pour aider à leur réinsertion professionnelle.


Un Neuchâtelois en pionnier

Antoine Barizzi, 27 ans, est tétraplégique. Depuis fin juillet, cet ancien habitant de Chézard-St-Martin partage l’un des deux appartements disponibles avec trois autres paralysés médullaires. Après des études à l’Université de Neuchâtel, durant lesquels il obtient deux bachelors et un master, il présente sa candidature auprès de la FSP pour prendre part à cette expérience.

Antoine Barizzi estime le projet « bien ficelé et d’intérêt public ». Il espère profiter de cette résidence durant une année et de mettre à profit les mesures d’accompagnement et de réinsertion pour décrocher un nouvel emploi. /dsa

Entretien avec Antoine Barizzi :

Les deux appartements adaptés se trouvent à Schenkon, près de Lucerne. (photo : Fondation suisse pour paraplégiques) Les deux appartements adaptés se trouvent à Schenkon, près de Lucerne. (photo : Fondation suisse pour paraplégiques)


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus