Bénéfices de la Loterie romande : fortes pressions sur le Conseil d’Etat

Communes, députés, acteurs culturels, représentants du monde sportif ou encore anciens politiciens ...
Bénéfices de la Loterie romande : fortes pressions sur le Conseil d’Etat

Communes, députés, acteurs culturels, représentants du monde sportif ou encore anciens politiciens demandent au gouvernement de ne pas prélever le 30% des bénéfices de la Loterie romande. Le Conseil d’État pourrait se positionner mercredi à ce sujet

Photo: ©Loterie Romande Photo: ©Loterie Romande

Le Conseil d’Etat neuchâtelois pourrait décider de faire ménage à trois en matière de répartition des bénéfices de la Loterie romande. Le gouvernement étudie en tous cas la possibilité de décider lui-même des bénéficiaires du 30% des montants versés dans le canton de Neuchâtel. C’est ce que prévoit la nouvelle Convention romande sur les jeux d’argent.

Actuellement, près de 16 millions de francs permettent de faire vivre des associations neuchâteloises actives dans la culture, le social ou le sport. La répartition de cette contribution est décidée par deux commissions bénévoles, l’une pour la culture, l’autre pour le sport. Le Conseil d’Etat pourrait donc se positionner comme une troisième instance de répartition.

Cette possibilité ne séduit pas certains députés au Grand Conseil. Les groupes socialiste, PopVertsSol et Vert’libéral-PDC ont déposé une motion munie d’une clause d’urgence. Le texte qui devrait être débattu mercredi est également signé par des députés PLR et UDC. L’élue socialiste Corine Bolay Mercier, auteure du texte, demande au gouvernement de ne pas changer la pratique actuelle et de laisser aux deux commissions le montant intégral et la compétence décisionnelle. Si le texte est adopté par le législatif cantonal, il aura une valeur contraignante.

Des élus actuels et anciens se sont adressés au gouvernement en fonction. Des élus actuels et anciens se sont adressés au gouvernement en fonction.

Fortes pressions sur le gouvernement

Les craintes de voir le Conseil d’Etat mettre la main sur le 30% des bénéfices de la Loterie romande reversés dans le canton ne se cantonnent pas au Grand Conseil. Comme le montre le courrier que nous nous sommes procuré, les grandes communes neuchâteloises ont pris position et se sont adressées au gouvernement afin de le sensibiliser à ce sujet. Fait plutôt inhabituel, le courrier a été cosigné par différents élus neuchâtelois, actuels et anciens, aux Chambres fédérales, mais aussi par une quinzaine d’anciens membres du gouvernement cantonal. Leur crainte, c’est une baisse substantielle des soutiens accordés aux bénéficiaires. Les signataires parlent d’un potentiel « tsunami social, culturel et sportif » dans le canton.

Du côté des acteurs culturels de la région, l’inquiétude principale est aussi une réduction globale du soutien accordé au sport, à la culture ou au social. Exemple concret : si le Conseil d’Etat décidait d’un soutien accordé à une manifestation culturelle via sa marge de manœuvre de 30%, les bénéficiaires craignent que le gouvernement renonce à un soutien via le budget usuel de l’Etat, comme cela pourrait être le cas actuellement.

Alors que va faire le gouvernement dans ce dossier ? Les cantons de Genève et du Valais ont, eux, déjà annoncé qu’ils allaient renoncer à la possibilité de décider du 30% des bénéfices de la Loterie romande. A Neuchâtel, il faudra attendre mercredi pour que le gouvernement se positionne sur la motion de Corine Bolay Mercier. /aju


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus