La gauche neuchâteloise veut une psychothérapie plus accessible

Mercredi, le Parlement neuchâtelois a interpellé le Conseil d’Etat pour qu’il se positionne ...
La gauche neuchâteloise veut une psychothérapie plus accessible

Mercredi, le Parlement neuchâtelois a interpellé le Conseil d’Etat pour qu’il se positionne sur le dossier de la prise en charge des troubles psychiques. Actuellement, le système serait trop lent selon le parti socialiste. Un projet fédéral est d’ores et déjà en consultation

Le Parlement neuchâtelois souhaitait des réponses. Le Parlement neuchâtelois souhaitait des réponses.

Un bon de délégation de son généraliste pour aller voir le psychologue. C’est ce que souhaite le parti socialiste neuchâtelois. Mercredi matin au Grand Conseil, la gauche a interpellé le Conseil d’Etat sur la prise en charge des troubles psychiques dans le canton. Actuellement, il faut l’aval d’un psychiatre pour obtenir des rendez-vous chez le psychologue, une procédure « trop longue et fastidieuse » pour le député socialiste Souhail Latrèche :

Le Grand Conseil souhaite donc que le Conseil d’Etat prenne position sur ce dossier qui dépend du Département fédéral de la santé. Pour l’instant, le ministre suisse de la Santé, Alain Berset, a mis ce projet en consultation. Dès que les cantons et les institutions auront statué sur la question, une décision sera prise du côté de Berne.

Pour l’instant, le Conseil d’Etat ne s’est pas prononcé officiellement sur ce sujet. /jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus