De moins en moins de crimes à Neuchâtel

Il y a eu 13% d’infractions au code pénal en moins dans le canton en 2018 par rapport à 2017 ...
De moins en moins de crimes à Neuchâtel

Il y a eu 13% d’infractions au code pénal en moins dans le canton en 2018 par rapport à 2017. Alors que les vols par effraction ont baissé d’un quart, la cybercriminalité a elle augmenté de près de 50%

Pascal Luthi, commandant de la Police neuchâteloise, (à gauche) et Alain Ribaux, conseiller d'Etat en charge de la sécurité, (à droite) se sont réjouis de la tendance affichée par les chiffres neuchâtelois sur la criminalité. Pascal Luthi, commandant de la Police neuchâteloise, (à gauche) et Alain Ribaux, conseiller d'Etat en charge de la sécurité, (à droite) se sont réjouis de la tendance affichée par les chiffres neuchâtelois sur la criminalité.

La criminalité continue à baisser à Neuchâtel. Le nombre d’infractions au code pénal dans le canton s’est réduit de 13% par rapport à l’année précédente. Depuis 2012, les chiffres ont diminué de près de 40%.

La baisse des infractions contre le patrimoine explique en grande partie cette tendance. Cette catégorie regroupe les deux tiers des cas recensés par la Police. La réduction est particulièrement marquée pour les vols avec effraction qui diminuent d’un quart.

Les violences graves sont en revanche en augmentation. La Police refuse de parler de tendance statistique étant donné leur faible nombre (38). Cette catégorie regroupe les lésions corporelles graves, les viols, les actes de brigandage et les homicides. Aucun meurtre n’a cependant été commis sur le territoire neuchâtelois en 2018.

La cybercriminalité génère la hausse la plus marquée avec 50% d’augmentation. « Les malfrats se digitalisent », selon le conseiller d’Etat en charge de la sécurité Alain Ribaux. Les infractions commises en ligne sont majoritairement des escroqueries, des extorsions et du chantage ainsi que du piratage de données et de comptes. La Police neuchâteloise craint de ne voir que la pointe de l’iceberg dans ce domaine et d’avoir une explosion des chiffres durant les années à venir. /pha

Pascal Luthi, commandant de la Police neuchâteloise, et Sami Hasfi, chef de la Police judicaire


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus