Berne rappelle ses profs retraités pour faire face à la pénurie d'enseignants

La Direction de l’instruction publique du canton de Berne se dit « fortement inquiète » face ...
Berne rappelle ses profs retraités pour faire face à la pénurie d'enseignants

La Direction de l’instruction publique du canton de Berne se dit « fortement inquiète » face à l’aggravation de la pénurie d’enseignants, elle a envoyé une lettre pour demander aux retraités de reprendre du service

Les enseignants sont une denrée qui se fait rare dans le canton de Berne. (Photo: archives) Les enseignants sont une denrée qui se fait rare dans le canton de Berne. (Photo: archives)

Un appel à l’aide a été lancé aux enseignants retraités face à la pénurie. La Direction bernoise de l’instruction publique a envoyé une lettre datée du 8 février à près de 900 de ses anciens employés. Dans ce document que nous avons pu nous fournir, le canton demande aux retraités de reprendre du service pour faire face à l’aggravation du manque de professeurs. L’instruction publique se dit même « fortement inquiète ».


30 postes vacants

Le canton indique avoir été en difficulté afin de pourvoir les postes déjà lors de la dernière rentrée. Une vingtaine de places sont restées vacantes et ont dû être confiées à 30 étudiants. La pénurie touche également les remplaçants et dans le futur, « le problème se posera encore plus largement », selon la lettre envoyée dans tout le canton de Berne. Les régions ne sont cependant pas toutes touchées de la même manière. Le directeur de la Conférence de coordination francophone (COFRA) Aldo Dalla Piazza note que la partie francophone est surtout en manque de remplaçants :

Aldo Dalla Piazza indique également que la HEP-BEJUNE a dû organiser des procédures de régulation du nombre d’étudiants admis. Une mesure qui n’a par contre jamais été prise dans la partie alémanique selon lui.


Plusieurs raisons à la pénurie

Le chef de l’Office de l'enseignement préscolaire et obligatoire, du conseil et de l'orientation du canton de Berne (OECO), Erwin Sommer, donne trois raison à cette pénurie. Tout d’abord, un nombre élevé d’enseignants atteint en ce moment l’âge de la retraite, à l’inverse le nombre d’élèves prend lui l’ascenseur et cerise par-dessus le gâteau, le nouveau plan d’étude le « Lerhplan 21 » implique un plus grand nombre d’heures de cours. Peter Gasser, coprésident du Syndicat des enseignants francophones bernois (SEFB), reconnaît les éléments mentionnés par Erwin Sommer. Il tient cependant encore à en rajouter deux autres. Peter Gasser :

Quelles solutions ?

Les causes sont établies, la pénurie est là, mais l’appel au retour des enseignants retraités aura-il un effet ? À entendre Peter Gasser, ils ne sont pas beaucoup à se presser au portillon :

Alors quelles solutions à l’avenir pour inverser la tendance ? Erwin Sommer, le chef de l’OECO mentionne trois pistes. Il entend fidéliser le personnel enseignant en améliorant les conditions-cadres, faire augmenter le pourcentage de travail et mieux encadrer les étudiants en leur proposant un « coaching ».

Ces mesures sont en cours de planification pour l’année scolaire prochaine. Une conférence de presse aura lieu à ce sujet le 28 février. /jrg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus