Prestations sociales maintenues à Peseux en cas de fusion

Le Conseil général de Neuchâtel a pris acte du transfert des guichets sociaux régionaux de ...
Prestations sociales maintenues à Peseux en cas de fusion

Le Conseil général de Neuchâtel a pris acte du transfert des guichets sociaux régionaux de Corcelles-Cormondrèche et de Peseux sur son territoire. En cas de fusion, des antennes seront toutefois maintenues dans ces deux communes

Le Conseil communal de la Ville de Neuchâtel. (Photo d'archives) Le Conseil communal de la Ville de Neuchâtel. (Photo d'archives)

Les défis que doit relever le Service de l’action sociale de la Ville de Neuchâtel ont occupé une partie des débats lundi soir au Conseil général de la capitale cantonale. Le législatif a pris acte d’un rapport d’information concernant le transfert des guichets sociaux régionaux de Corcelles-Cormondrèche et de Peseux à Neuchâtel, depuis le début de l’année pour le premier et à partir du 1er janvier prochain pour le second. En cas d’acceptation du projet de fusion entre ces trois communes et Valangin le 25 novembre, une antenne sera toutefois maintenue aussi bien à Corcelles-Cormondrèche qu’à Peseux.

Le Service de l’action sociale intégrera l’équivalent d’un peu plus de 7 emplois plein-temps pour assurer le suivi des dossiers, qui seront désormais informatisés, des deux communes, avec refacturation des prestations pour une opération neutre sur le plan financier pour Neuchâtel. La Ville a aussi acquis les anciens locaux de la défunte régie publicitaire Publicitas pour ce service, à l’étroit à la rue Saint-Maurice.


Les Caves de la Ville mettent le cap sur une production biologique

Les Caves de la Ville de Neuchâtel peuvent par ailleurs amorcer leur conversion. Tous les groupes politiques ont validé l’idée d’un passage à une production biologique pour les domaines de la capitale à l’horizon 2021, qui passe par un renoncement à tout traitement phytosanitaire, tout herbicide ou tout engrais chimique. Avec ce projet, 25% du vignoble neuchâtelois sera traité de manière respectueuse de l’environnement contre 5% en moyenne nationale. Le conseiller général PLR Alexandre Brodard a fait état d’un « tournant important ». L’élu du groupe Vert’libéral-PDC, Mauro Moruzzi, y voit également « un signal fort ».


Quelle place pour la publicité dans l’espace public ?

Autre tournant qui s’amorce : le Conseil général a validé le lancement d’une réflexion en matière de politique d’affichage publicitaire sur le territoire communal. Sur la base d’une motion du Groupe socialiste, le Conseil communal est amené à évaluer diverses pistes, dont celle d’une interdiction pure et simple de la publicité commerciale dans l’espace public. Tous les groupes se sont aussi accordés pour dire que la Ville de Neuchâtel devait négocier un meilleur rendement de cet affichage. Le conseiller communal en charge du dossier, Thomas Facchinetti, a déclaré que les deux principales conventions qui lient la Ville à la société d’affichage SGA avaient été dénoncées et remises au concours et qu’une réflexion était en cours pour établir une politique d’affichage plus claire.


Des crédits côté lac

Deux autres décisions ont encore marqué la soirée. Le Conseil général a validé un crédit de 488'000 francs pour financer des travaux urgents visant à assainir les môles du port principal de Neuchâtel mais aussi de celui de Serrières ; des travaux dont une partie a déjà été menée.

Finalement, le législatif a accepté de débloquer 680'000 francs pour l’acquisition du bâtiment du Service cantonal des automobiles et de la navigation au port du Nid-du-Crô, ainsi qu’un montant de 250'000 francs destiné à assainir notamment la toiture, imprégnée d’amiante. L’objectif de la Ville et de créer un pôle de sécurité lacustre à cet endroit pour assurer les missions de sécurité et de sauvetage sur le lac qui lui sont confiées par le Canton. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus