La réforme de la protection de la jeunesse inquiètent les professionnels

Les professionnels de l’enfance s’inquiètent du nouveau plan de protection de la jeunesse présenté ...
La réforme de la protection de la jeunesse inquiètent les professionnels

Les professionnels de l’enfance s’inquiètent du nouveau plan de protection de la jeunesse présenté par le Conseil d’Etat. Ils estiment que cette réforme est irréaliste dans un laps de temps si court. Ils ont voté une résolution pour, notamment, être intégrés aux discussions

Le site de Belmont, à Boudry, où se trouve la direction et l'administration de la fondation L'Enfant c'est la vie. (Photo d'archives). Le site de Belmont, à Boudry, où se trouve la direction et l'administration de la fondation L'Enfant c'est la vie. (Photo d'archives).

Le nouveau plan de protection de la jeunesse présenté par le Conseil d’Etat neuchâtelois inquiète les professionnels du terrain. Une cinquantaine d’entre-eux, réunis jeudi soir en assemblée extraordinaire, ont adopté une résolution qu’ils vont transmettre aux autorités. Le gouvernement souhaite privilégier le maintien des enfants dans leur foyer, avec le soutien de professionnels, et le développement de familles d'accueil pour limiter les placements en institution.

Pour les éducateurs, assistants sociaux, psychologues et assistants socio-éducatifs cette réforme semble irréaliste sans péjorer la prise en charge des enfants les plus fragilisés de notre canton. Ils déplorent également l’absence totale de consultation du personnel et pointent du doigt un calendrier illusoire et surtout une motivation strictement financière.

Les professionnels se disent ouverts à l’instauration d’un système de familles d’accueil, mais ils dénoncent la volonté du Conseil d’Etat de remplacer une prise en charge professionnelle par un encadrement non qualifié. Selon les employés, ces deux types d’accompagnement devraient être complémentaires et ne pas s’opposer. Par ailleurs, la création de 55 familles d’accueil d’ici 2022 semble utopique. À ce jour, seules 10 familles d’accueil existent dans le canton. /sma


Dans leur résolution, les professionnels demandent que:

- Les professionnel-le-s du terrain soient intégré-e-s aux discussions.

- Les réformes envisagées se fassent dans un calendrier raisonnable, afin que le passage du stationnaire à l’ambulatoire se fasse en douceur.

- La fermeture de la Coccinelle (foyer ambulatoire) soit abandonnée.

- La qualité de la prise en charge des prestations vis-à-vis des enfants et adolescents soit maintenue et ne soit pas sacrifiées au nom des économies.

- L’accompagnement et le reclassement du personnel touché par cette réforme soit une priorité.

- Des moyens pour des programmes de formation continue soient mis à disposition.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus