Le statut des conseillers communaux de Val-de-Travers fait débat

Le Conseil général a refusé l’entrée en matière concernant le projet de révision du règlement ...
Le statut des conseillers communaux de Val-de-Travers fait débat

Le Conseil général a refusé l’entrée en matière concernant le projet de révision du règlement sur le statut des membres de l’exécutif vallonnier

Benoît Simon-Vermot, chef du dicastère de l'administration, de la santé et de la sécurité publique à Val-de-Travers Benoît Simon-Vermot, chef du dicastère de l'administration, de la santé et de la sécurité publique à Val-de-Travers, devra retravailler le texte avec la Commission des règlements.

Remettre l’ouvrage sur le métier. L’expression a pris tout son sens lundi pour le Conseil communal de Val-de-Travers. L’exécutif présentait un nouveau règlement sur le statut de ses membres, notamment dans le but de le faire correspondre à la nouvelle grille salariale introduite le 1er janvier de cette année pour l’ensemble des collaborateurs de la Commune sauf les enseignants. L’entrée en matière a toutefois été refusée par 31 voix contre 5. Au préalable, la Commission des règlements avait pourtant approuvé le texte à l’unanimité.

Le groupe libéral-radical reproche des lacunes et des points peu clairs, de même que l’arrivée trop tardive de précisions. Le PS veut soumettre de nouvelles pistes à explorer pour enrichir le texte. Les 13 amendements déposés ont fait dire à l’UDC que le règlement tel qu’il était présenté n’était pas fédérateur. Comme par le passé, les Verts ont remis en question le taux d’occupation de 100% des conseillers communaux. Le POP et le PS ont tout de même exprimé la nécessité de valoriser le travail réalisé par les membres de l’exécutif.

 

Des arrêtés acceptés

Les points précédents qui figuraient à l’ordre du jour n’ont pas suscité autant de discussions. Les élus vallonniers ont approuvé la modification des plans d’aménagement de la zone des Coeubles à Boveresse et de La Presta à Travers. Le pourtour de la zone de Boveresse sera redessiné pour permettre la construction d’un bâtiment agricole. En compensation, la zone de protection de La Presta sera agrandie et revitalisée.

Le législatif a aussi accepté l’abrogation du règlement sur l’exécution et la réfection des fouilles. Val-de-Travers va désormais passer par le Guichet unique pour ses demandes de permis de fouilles sur les routes cantonales et communales, comme le font déjà Boudry, La Chaux-de-Fonds, Milvignes et La Tène.

 

Des nouvelles du projet lié à l’aérodrome

Christian Mermet, conseiller communal chargé du territoire, a livré des explications à l’assemblée concernant l’aérodrome de Môtiers. L’Aéro-Club du Val-de-Travers envisage de remplacer la piste en herbe par une piste en dur. La Commune est impliquée dans le dossier pour des questions administratives. Une séance publique d’information a été organisée en août 2017 et le Conseil communal devait soumettre un rapport à ce sujet le 25 septembre, proposant au législatif d’accepter la modification du plan d’aménagement local de Môtiers. Mais le rapport a été retiré de l’ordre du jour. Et il ne refera pas surface. Au niveau fédéral, il existe un plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique (PSIA) auquel il n’est pas possible de s’opposer. Même si le Conseil général avait refusé la modification du plan d’aménagement local de Môtiers, le projet aurait pu avancer.

La balle est désormais dans le camp de l’Aéro-Club du Val-de-Travers. C’est à lui de déposer un permis de construire s’il souhaite créer une piste en dur. Comme pour n’importe quelle construction, des riverains et des associations pourront formuler des oppositions, qui seront traitées selon la procédure habituelle. Au vu des inquiétudes que le projet suscite, notamment concernant l’augmentation possible du nombre de vols à Môtiers, Christian Mermet est certain que les responsables de l’Aéro-Club apporteront des solutions rassurantes. /msa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus