Patiner en milieu naturel n'est pas sans risque

Les plans d’eaux de la région gèlent depuis plusieurs jours. Pour autant, le patin à glace ...
Patiner en milieu naturel n'est pas sans risque

Les plans d’eaux de la région gèlent depuis plusieurs jours, pour la plus grande joie des patineurs. Pour autant, le patin à glace en milieu naturel comporte certains risques.

Etang de la Gruère gelé L'étang de la Gruère, dans les Franches-Montagnes, gelé.

Sur l’étang de la Gruère gelé, quelques patineurs, plus ou moins gracieux. Une silhouette tout de vert vêtue file, d’une rive à l’autre. Ses patins sont noircis par le temps, c’est une habituée du patin à glace en milieu naturel, c’est  Marie-Claire : « Dès qu’il y a un peu de glace, je cours à l’étang pour venir patiner. »

Comme chaque hiver, elle a fouillé sa boite à outils avant de venir glisser sur la glace : avec son marteau et son burin, elle creuse un trou pour déterminer la profondeur de la glace et sa solidité. Elle a mesuré quinze centimètres en cette matinée de lundi.


Si Marie-Claire a pu patiner sans encombre, dans un cadre idyllique, cette activité n’est pas sans danger. La glace n’est pas forcément uniforme, elle est, à certains endroits, moins épaisse. Le patinage sur un étang gelé, c’est aux risques et périls de chacun : « Moi, je préfère que ce ne soit pas interdit. J’ai envie de pouvoir mesurer le danger, et décider si oui ou non, je peux faire ce qui me plaît », admet Marie-Claire.

 

Risques environnementaux

Cette pratique pourrait aussi avoir quelques influences néfastes sur l’environnement. « Les patineurs chaussent leurs patins et ils évoluent sur la berge. On suppose que les lames déstructurent le sol », explique Louis Roulet, collaborateur scientifique à l’Office de l’Environnement. « Ca peut être problématique sur certains sols tourbeux. C’est une question que l’on se pose à l’heure actuelle », ajoute-t-il. Et cette interrogation pourrait persister à l’avenir : « Le patinage fait partie des activités qui doivent être compatibles avec le statut de réserve naturelle, comme c’est le cas à l’étang de la Gruère. On n’exclut pas, à l'avenir, de creuser plus sérieusement la question de ces prétendues destructurations du sol. »

Pour l’heure, la pratique du patin à glace en milieu naturel est tolérée. Prudence tout de même : les températures seront plus douces à la fin de la semaine, et la glace de l’étang sera de moins en moins solide./cto 

Photos de l'étang gelé

Une atmosphére polaire à l'étang de la Gruère en vidéo :


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus