Prison et expulsion pour les cambrioleurs de la bijouterie Robert

Les deux hommes sont condamnés à 11 mois de prison ferme pour le cambriolage de la bijouterie ...
Prison et expulsion pour les cambrioleurs de la bijouterie Robert

Les deux hommes sont condamnés à 11 mois de prison ferme pour le cambriolage de la bijouterie neuchâteloise en novembre dernier

 Les deux individus ont été arrêtés juste après le cambriolage.

Deux cambrioleurs sont repartis menottes aux poignets du Tribunal régional du Littoral et du Val-de-Travers mercredi. Les deux hommes de 34 et 44 ans sont reconnus coupables de vol, dommages à la propriété et violation de domicile. Début novembre, ils avaient brisé la vitrine de la bijouterie Robert à Neuchâtel et dérobé des montres de valeur.

La juge les condamne à 11 mois de prison ferme et ordonne leur expulsion dans leur pays d’origine. Elle a suivi le réquisitoire du Ministère public, alors que les avocats des prévenus plaidaient pour une peine maximale de 6 et 8 mois avec sursis, sans renvoi de la Suisse. L’un d’eux a aussi été reconnu coupable de menaces envers les policiers.

 

Financer leur consommation de drogues

Les deux hommes, domiciliés dans le Val-de-Travers, ont reconnu les faits et expliqué avoir cherché de l’argent pour pouvoir s’acheter de l’héroïne. Ils ont avoué souffrir depuis longtemps de toxicomanie et avoir été sous l’emprise de différentes drogues ce fameux soir du 6 novembre. Mais l’un d’eux affirmait avoir simplement suivi son comparse, sans prendre activement part au cambriolage.

Le tribunal a pourtant conclu que tous deux sont co-auteurs des infractions, car l’un a organisé la fuite en taxi et fait le guet, pendant que l’autre brisait la vitrine et volait les montres. Pour motiver sa peine, la juge a souligné la culpabilité sérieuse des prévenus, la valeur importante du butin et le casier judiciaire déjà rempli des deux hommes.

 

Cambrioleurs rapidement interpellés

Le premier séjourne illégalement sur le territoire suisse, le second est arrivé il y a plus de 15 ans et est titulaire d’un permis C. Cependant, malgré la dépendance des deux individus aux stupéfiants et les graves problèmes de santé de l’un d’eux, le tribunal a jugé que les conditions étaient réunies pour une expulsion.

Les cambrioleurs ont été qualifiés par leurs avocats de « bras cassés », de « personnes paumées agissant sous l’effet de drogues ». Le 6 novembre, aux alentours de 23h, ils ont brisé la vitrine de la bijouterie pour y dérober les montres de valeur exposées. Ils se sont alors enfuis à pied vers la gare et ont été interpellés quelques minutes plus tard par la police, au moment où ils montaient dans un taxi. Le butin a pu être restitué mais les frais de remise en état de la vitrine et des montres ont atteint près de 23'000 francs. /mvr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus