La Bibliothèque publique et universitaire réduit la voilure

La subvention cantonale attribuée à la BPUN a fondu de 300'000 francs depuis 2015, poussant la bibliothèque à renoncer à trois emplois plein-temps. Le projet de faire du Collège latin un lieu culturel va tout de même de l'avant à Neuchâtel

Le Collège latin qui abrite la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel. Le ciel s'est assombri sur le Collège latin qui abrite la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel en matière de finances.

Les finances branlantes de l’Etat de Neuchâtel pèsent sur le budget de fonctionnement de la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel. Depuis 2015, la subvention cantonale attribuée à la BPUN s’est réduite de 300'000 francs sur un montant de base de 1’450'000 francs. La Ville de Neuchâtel verse quant à elle 2'950'000 francs à l’institution basée dans la capitale cantonale.

En raison de l’absence de budget 2018, l’Etat ne versera par ailleurs que 20% de la subvention en question au premier trimestre et le flou règne pour la suite de l’année.

Conséquence : trois emplois plein-temps ont été supprimés sur 33, indique Thomas Facchinetti, conseiller communal en charge de la culture en Ville de Neuchâtel et président du Conseil de fondation de la BPUN :

La BPUN compte en effet 115'000 visiteurs annuels, ce qui en fait l’institution culturelle la plus fréquentée du canton, selon Thomas Facchinetti.

 

La nouvelle affectation du Collège latin se précise

Ces difficultés financières n’empêchent pas les autorités de la Ville de Neuchâtel d’avoir des ambitions pour le bâtiment du Collège latin qui abrite la BPUN et qui doit être assaini. Le projet d’en faire un lieu culturel va de l’avant. Un concours d’architecture doté de 450'000 francs pourrait être lancé l’an prochain ou en 2020 en vue de rapatrier la Bibliothèque Pestalozzi, Bibliomonde et une antenne de la Lanterne magique dans ce lieu, en plus de la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel et la Bibliothèque des Pasteurs qui s’y trouvent déjà.

Les classes du Lycée Jean-Piaget qu’abrite le Collège latin devraient être déplacées dans la zone des Jeunes-Rives où se trouvent les bâtiments du lycée.

Concernant Bibliomonde, les autorités communales sont toujours en quête d’une solution transitoire. L’institution, installée au passage Maximilien-de-Meuron, devra en effet céder sa place aux classes du Collège des Sablons qui sera transformé en auberge de jeunesse. /sbe

Le Collège latin qui abrite la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus