Le personnel d'Autodesk veut sauver une partie des emplois

Les salariés d'Autodesk ont rendu un rapport de consultation de 22 pages. Ils souhaitent le ...
Le personnel d'Autodesk veut sauver une partie des emplois

Les salariés d'Autodesk ont rendu un rapport de consultation de 22 pages. Ils souhaitent le maintien d’au moins une partie des 232 postes et exigent la négociation d’un véritable plan social

Les employés d’Autodesk à Neuchâtel demandent le maintien d’au moins une partie des 232 postes de travail. Ils estiment que certains postes pourraient être maintenus à Neuchâtel. Le personnel exige par ailleurs la négociation d’un véritable plan social, à la hauteur de ce qui se fait en Suisse et des moyens financiers du groupe. Les salariés ont rendu un rapport de consultation à la suite de l'annonce faite fin novembre par l'entreprise américaine de sa volonté de fermer son site de Pierre-à-Bot. Un rapport qu’ils ont dû rédiger, selon le Syndicat Unia, sans les données économiques usuelles nécessaires, l’entreprise ayant refusé de les transmettre.

La procédure de consultation a pris fin mercredi. La période de négociation peut prendre quelques jours comme plusieurs semaines.

Unia souligne avoir été mandaté par la majorité du personnel. Le syndicat rappelle qu'il s'agit d'un des plus gros licenciements collectifs de ces quinze dernières années dans le canton de Neuchâtel.

L'entreprise spécialisée dans les logiciels de création et d'animation 3D avait indiqué le 29 novembre que «la plupart des fonctions commerciales basées à Neuchâtel, y compris la finance, les fonctions opérationnelles et la localisation, seront transférées vers d'autres bureaux d'Autodesk en Europe d'ici à mi-2018.» /sma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus