Trois établissements neuchâtelois épinglés par les anti-fourrures

Une organisation de protection des animaux accuse trois boutiques du canton de Neuchâtel de ...
Trois établissements neuchâtelois épinglés par les anti-fourrures

Une organisation de protection des animaux accuse trois boutiques du canton de Neuchâtel de ne pas respecter les règles fédérales en matière d’étiquetage. Selon son étude, le 90 % des commerces en Suisse romande ne sont pas en règle

Une association dénonce des problèmes d'étiquetage lié à la fourrure dans trois boutiques neuchâteloises. Une association dénonce des problèmes d'étiquetage lié à la fourrure dans trois boutiques neuchâteloises. (Photo: Pixabay.com)

Carton rouge pour trois magasins neuchâtelois qui vendent de la fourrure. Ceux-ci sont montrés du doigt par une organisation de protection des animaux. La Ligue suisse contre l’expérimentation animale et pour les droits des animaux (LSCV) déplore que ces établissements ne respectent pas l’ordonnance fédérale sur la déclaration des fourrures. Selon une enquête réalisée cette année, 90% des commerces contrôlés en Suisse romande posséderaient un étiquetage lacunaire ou parfois mensonger.

Depuis 2013, les magasins qui vendent de la fourrure doivent mentionner le nom de l’animal, la provenance ainsi que la méthode de capture et de détention. Le texte de loi devait initialement sensibiliser le consommateur et faire réduire l’importation de fourrures en Suisse. Mais après trois ans, la LSCV affirme que cette ordonnance est un échec et ne change rien à la situation.

Du côté de l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, on tente de relativiser ces chiffres. Selon l’OSAV, 70  % des étiquetages seraient incomplets, mais pas pour tromper le consommateur. D’ailleurs, le chef du groupe de protection des espèces à l’OSAV, Bruno Mainini, avance que tous les établissements qui ont subi des contrôles ont déjà procédé à des adaptations. La loi semble donc suffisante à ses yeux. Toutefois, en cas de violation grave, des sanctions sont prévues.

Concernant les commerces neuchâtelois, malgré nos sollicitations, nous n’avons pas pu obtenir leur avis. /jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus