Affaire LNM : Le conseil d'administration ne savait pas

Le conseil d'administration de la LNM n'était pas au courant de l'augmentation de salaire accordée ...
Affaire LNM : Le conseil d'administration ne savait pas

Le conseil d'administration de la LNM n'était pas au courant de l'augmentation de salaire accordée par le président Olivier Arni à l'ex-directeur Jean-Jacques Wenger

(photo d'illustration). (photo d'illustration).

Le conseil d'administration de la Société de navigation sur les lacs de Neuchâtel et de Morat (LNM) n'avait pas eu vent de l'augmentation de salaire accordé par son président, Olivier Arni, à l'ex-directeur Jean-Jacques Wenger au travers de la société Cap Gourmand.

Alors que les cantons de Neuchâtel, Vaud et Fribourg viennent de demander un nouvel audit de la société, le vice-président du conseil, le Fribourgeois Pascal Aeby réagit. Il accueille positivement cette décision qui pourrait permettre de rétablir la confiance entre les cantons et la LNM. Pascal Aeby attend également d'Olivier Arni qu'il s'explique auprès du conseil sur les récentes déclarations parues dans la presse ces derniers jours.

L’ex-directeur Jean-Jacques Wenger aurait touché une augmentation de salaire de 2'000 francs par mois de manière rétroactive avant d’être licencié. C’est en tout cas ce que montre un document antidaté signé par le conseiller communal Olivier Arni, qui préside tant Cap gourmand que la LNM.

Pour le secrétaire général de la Direction des finances de l'Etat de Fribourg, ce dossier à charge contre Olivier Arni ne doit pas non plus occulter le travail fourni depuis douze mois par le conseiller communal. Celui-ci s’est énormément investi pour sauver la LNM et apporter son soutien au personnel touché lors du licenciement de Jean-Jacques Wenger.

Pascal Aeby n'hésite d'ailleurs pas à réitérer sa confiance à Olivier Arni. /rgi-aju


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus