Prison ferme pour les auteurs du braquage de la bijouterie Bonnet

Soupçonnés d’avoir commis le casse de la bijouterie Bonnet en juillet 2015, trois hommes ont ...
Prison ferme pour les auteurs du braquage de la bijouterie Bonnet

Les trois individus soupçonnés d’avoir commis le braquage de la bijouterie Bonnet à Neuchâtel en juillet 2015 ont été reconnus coupables de brigandage aggravé mercredi. Ils écopent d’une peine privative de liberté

Soupçonnés d’avoir commis le casse de la bijouterie Bonnet en juillet 2015, trois hommes ont été condamnés mercredi à Neuchâtel. Le Tribunal criminel du Littoral et du Val-de-Travers les a reconnus coupables de brigandage aggravé et leur a infligée une peine de prison. Les trois individus comparaissaient depuis mardi dans le cadre de cette affaire où le butin, jamais retrouvé, s’élevait à 530'000 francs. Ils écopent de trois, quatre et cinq ans de prison. La Cour a mis en avant que les faits étaient planifiés par une véritable organisation qui s’étend sur plusieurs pays.

Le plus jeune à comparaître mercredi a été condamné à trois ans de prison dont 18 mois ferme avec quatre ans de sursis. La Cour a retenu des circonstances personnelles, soit son jeune âge au moment des faits et sa vulnérabilité. Lors du brigandage de la bijouterie, il a eu un rôle plus en retrait et ne s’en était pas pris directement aux vendeuses. « Un pari sur l’avenir », a justifié la Présidente du Tribunal, malgré l’absence de scrupules et de remords de la part du jeune homme.

Le deuxième homme, qui a agi avec violence, a été condamné à une peine de prison de quatre ans, sans sursis. La Cour a précisé que l’individu « n’était pas un novice », avait un casier « plutôt chargé » et avait déjà été condamné par le passé pour brigandage. Le Tribunal estime qu’il a eu un rôle actif dans le casse.

Enfin le troisième de la bande, qui n’était pas dans la bijouterie lors des faits, écope de cinq ans de prison, sans sursis. Son ADN a été retrouvé sur les menottes et l’arme factice qui a servi au braquage. L’acte préparatoire a été retenu par la justice neuchâteloise pour le rôle de cet homme dans l’organisation de l’opération, comme celui de faire du repérage et de convoyer des personnes, aussi dans d’autres braquages ou tentatives dans des bijouteries à Aarau en août 2015.

Le Tribunal criminel du Littoral et du Val-de-Travers a ordonné le maintien en détention des trois condamnés pour des motifs de sûreté. /jpp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus