Le gouvernement liste ses réussites

Voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Le Conseil d’Etat neuchâtelois a misé ...
Le gouvernement liste ses réussites

Conscient qu'il n'a pas résolu tous les problèmes, le gouvernement neuchâtelois a décidé de faire preuve d'un grand optimisme à l'heure du bilan de législature

 Le Conseil d'Etat neuchâtelois est apparu détendu mercredi devant les médias, au sein de la Maison de commune de St-Aubin-Sauges. De gauche à droite : la Chancelière Séverine Despland, les conseillers d'Etat Alain Ribaux, Laurent Favre, Jean-Nat Karakash, Laurent Kurth et la conseillère d'Etat Monika Maire-Hefti.

Voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Le Conseil d’Etat neuchâtelois a misé sur l’optimisme à l’heure de tirer le bilan de la législature. Il a fait l’inventaire, mercredi devant les médias, de toutes les réussites de ces quatre dernières années.

Par exemple, les avancées dans le dossier de la mobilité (financement fédéral assuré pour le contournement des villes du Haut et stratégie de mobilité douce finalisée), de la fiscalité (le canton reste très attractif pour les personnes morales et la réforme de l’impôt des personnes physiques va se poursuivre), de l’économie (concrétisation du pôle d’innovation de Microcity et nouvelle stratégie d’appui au développement économique) ou encore de l’éducation (réforme de la scolarité obligatoire et mise en œuvre de la Loi sur l’accueil extrascolaire).

 

Peu d'autocritique

Le gouvernement est passé comme chat sur braise sur les sujets plus épineux comme le dossier hospitalier, les finances cantonales ou le taux de chômage. « On ne bombe pas le torse mais on veut dresser un panorama avec une touche d’optimisme », a expliqué Alain Ribaux, chef du Département de la justice, de la sécurité et de la culture. L’exécutif reste fidèle à son slogan Un canton, un espace malgré la votation sur les hôpitaux et les clivages qu’elle a révélés. Le concept sera réellement mis à l’épreuve en septembre avec la votation populaire sur la réforme des institutions et le Nouvel hôtel judiciaire.

Le Conseil d’Etat reconnaît qu’il n’a pas résolu tous les problèmes, mais il souligne qu’une partie du chemin a été parcouru. Les enjeux majeurs à venir sont : finaliser l’assainissement des finances,  améliorer l’attractivité du canton et convaincre davantage le parlement, les communes et la population pour mener à bien les futures réformes. Pour y parvenir, le gouvernement a notamment décidé de renforcer son service de communication afin de mieux expliquer les défis à venir et la réalité financière du canton.

 

Laurent Favre, nouveau président

Cette nouvelle législature sera aussi marquée par le changement de présidence au gouvernement. L'actuel vice-président Laurent Favre va succéder dès le 30 mai à Jean-Nath Karakash lors de l'entrée en fonction des nouvelles autorités. De plus, le Conseil d'État communiquera prochainement sur des ajustements minimes opérés dans la composition des départements. /mvr-gwe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus