Yves Sandoz désigné lauréat 2017 du Prix de l'Institut neuchâtelois

Le juriste neuchâtelois s'est illustré dans le droit des conflits, une branche méconnue du ...
Yves Sandoz désigné lauréat 2017 du Prix de l'Institut neuchâtelois

Yves Sandoz se voit décerner le Prix 2017 de l’Institut neuchâtelois. Spécialiste du droit humanitaire international, il s’est illustré dans le droit des conflits, une branche peu connue du grand public

Yves Sandoz, entouré de Philippe Terrier, président de l'Institut (à gauche), et de Jean-Patrice Hofner, président de la commission du Prix. Yves Sandoz, entouré de Philippe Terrier, président de l'Institut neuchâtelois (à gauche), et de Jean-Patrice Hofner, président de la commission du Prix.

Il est né et a fait ses études à Neuchâtel, mais c’est sur la scène internationale qu’il s’est fait un nom. Le juriste Yves Sandoz, spécialiste du droit international humanitaire et membre honoraire du CICR, se voit décerner le Prix 2017 de l’Institut neuchâtelois. Remis chaque année depuis 1960, ce «Nobel» cantonal a pour vocation de récompenser une personnalité dont l’œuvre, les actions et la carrière illustrent l’esprit du Pays de Neuchâtel. «Yves Sandoz est un juriste reconnu mondialement dans son domaine. Mais le droit des conflits et le droit international pénal sont parfois méconnus du grand public. Cette récompense, c’est aussi l’occasion pour nous de mieux faire connaître cette branche du droit», confie le président de la commission du Prix de l’institut Jean-Patrice Hofner.  

Yves Sandoz se verra remettre son prix – un chèque de 5000 francs – ce samedi à 16h30 à l’Aula des Jeunes Rives de Neuchâtel.

Le Prix de l’Institut neuchâtelois est attribué alternativement dans les domaines de la littérature, des sciences humaines et sociales, des arts, et des sciences. Durant une période quinquennale, chacun de ces quatre domaines doit être honoré dans un ordre que la commission du Prix de l’Institut décide librement.

Reste que la littérature fait défaut au palmarès de ces cinq dernières années. «Le Prix 2018 consacrera les sciences, voire la littérature. A ce stade, nous ne savons pas encore lequel de ces deux domaines sera primé. Si ce n’est pas la littérature, son tour viendra l’année suivante», explique Jean-Patrice Hofner. /fba


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus