Enseignants : léger dégel

Le projet de grille salariale ne sera ni retiré, ni reporté. Mercredi matin, le Conseil d’Etat ...
Enseignants : léger dégel

Mercredi matin, environ 400 enseignants ont manifesté au Château. Mercredi matin, environ 400 enseignants ont manifesté au Château.

Le projet de grille salariale ne sera ni retiré, ni reporté. Mercredi matin, le Conseil d’Etat a campé sur ses positions lors de la rencontre avec les syndicats des enseignants neuchâtelois. Il a reformulé les huit mesures qu’il avait précédemment déjà proposées aux syndicats. Ces derniers en ont formulé trois supplémentaires. Le gouvernement en a pris note. En fin de journée, il a fait une série de contre-propositions en retour.

La première de ces mesures porte sur l’octroi d’une heure de décharge pour les enseignants entre la 3e et la 6e Harmos. La deuxième mesure réclamée, c’est l’abandon immédiat des épreuves cantonales, et non pas dans le courant 2017 comme le propose le gouvernement. Enfin, les syndicats demandent que les enseignants pénalisés ces deux dernières années par une progression salariale partielle puissent entrer dans la nouvelle grille salariale avec deux échelons supplémentaires.

En marge de cette rencontre, environ 400 enseignants, parfois en grève, ont manifesté dès 7 heures au Château. Le gouvernement in corpore est venu à leur rencontre peu avant le rendez-vous avec les syndicats. Les enseignants sont déterminés à maintenir une présence dans la cour jusqu’à mardi prochain, jour où doit s’ouvrir la session du Grand Conseil. S’il accepte le budget et les allégements de charges de la fonction publique, le parlement entérinera de facto la nouvelle grille salariale.

Jeudi dernier, les enseignants avaient déposé une pétition munie de plus de 4'000 signatures réclamant le retrait du projet de grille salariale. /aju


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus