Fischer: « On doit être meilleur dans le dernier geste »

Défaite 2-1 tab par les Tchèques, la Suisse est pour l'instant dernière de son groupe avant ...
Fischer: « On doit être meilleur dans le dernier geste »

Fischer:

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Défaite 2-1 tab par les Tchèques, la Suisse est pour l'instant dernière de son groupe avant de défier le Danemark samedi. Si l'équipe a tenu défensivement, Patrick Fischer attend du mieux en attaque.

C'était un peu l'histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein pour Patrick Fischer à l'heure de l'interview. Heureux de voir son équipe n'encaisser qu'un but, le sélectionneur aurait en revanche préféré plus qu'un goal inscrit par ses attaquants: 'Ce fut un match très intense. Je pense que les deux équipes étaient très fâchées après le premier match perdu. A mon sens les deux équipes ont bien joué défensivement, mais bien sûr que l'on n'est pas satisfait de notre attaque.'

Et l'ancien ailier de Zoug d'analyser la chose de manière un peu plus en profondeur: 'On doit être plus précis. On doit être meilleur dans la dernière passe et dans le dernier tir. On le sait. Mais on doit continuer à jouer de manière solide en défense. On a pris deux buts jusqu'à présent...sur deux autogoals.'

Besoin de matches

Avec ce seul point récolté, le coach sait que son équipe devra très vraisemblablement passer par la case huitièmes de finale, mais il ne s'en inquiète pas: 'C'est important d'apprendre. Vous savez, c'est un peu notre histoire, on doit grandir à chaque match. C'est presque certain que l'on va devoir jouer un huitième de finale, mais ce n'est pas si mal pour nous parce qu'on a besoin de matches pour apprendre à jouer sur ces petites surfaces.'

Auteur de l'unique but suisse, Gaëtan Haas regrette que la Suisse n'ait pas pu inscrire un deuxième but: 'NOus avons eu nos chances. Au final, on doit la mettre au fond et on n'y est pas parvenu. Il faut continuer. Le tournoi est encore long, on prend les matches comme ils viennent et demain sera un nouveau défi.'

Le centre biennois est encore revenu sur cette séance de tirs au but où les cinq Suisses, dont lui, ont échoué: 'Tu ne sais jamais si le gardien sait ce que tu vas tenter. Tu pars avec ton idée et tu espères que ça va passer. Là j'ai l'impression qu'il savait tout à l'avance vu qu'il a tout arrêté.'

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus