Réflexions en cours sur l'avenir du conservatoire

Les modalités ne sont pas encore définies, mais la décision est prise : les élèves du Conservatoire ...
Réflexions en cours sur l'avenir du conservatoire

Evan et Barbara, deux étudiants de la HEM, en pleine répétition de l'opéra. Evan et Barbara, deux étudiants de la HEM, en pleine répétition d'un l'opéra. (Photo d'archives)

Les modalités ne sont pas encore définies, mais la décision est prise : les élèves du Conservatoire de musique de Neuchâtel payeront leur cours en fonction de leur revenu ou de celui de leurs parents. Cette mesure va permettre à certains musiciens en herbe de prendre des cours alors qu’économiquement ils ne le peuvent pas aujourd’hui. Quant aux élèves qui pourraient quitter le conservatoire en raison de cette hausse des tarifs, il est très difficile de faire des projections sur leur nombre étant donné qu’aucune échelle de taxation n’a pour l’instant été fixée.

Autre mesure : les élèves qui ne sont pas domiciliés dans le canton de Neuchâtel, soit une centaine, pourraient payer plein pot. Le gouvernement estime que ce n’est pas aux contribuables neuchâtelois de financer des prestations pour des personnes qui ne payent pas d’impôts dans le canton. Le Conseil d'Etat espère toutefois signer des conventions avec les cantons concernés afin de permettre à leurs élèves de continuer à étudier au conservatoire à des coûts attrayants.

 

D'autres pistes explorées

Ces augmentations de recettes doivent permettre à l’institution de faire face à la baisse de 500'000 francs de subvention dans le budget 2015. Pour y parvenir, le Conseil d’Etat va mener, en collaboration avec le conservatoire et les professeurs qui y enseignent, des réflexions plus larges. Elles concernent non seulement les rentrées d’argent mais aussi la structure et les charges de l'institution.

Le Conseil d’Etat réaffirme par ailleurs sa volonté de ne pas mettre en danger le conservatoire et de maintenir un enseignement de qualité. Certaines prestations pourraient toutefois disparaître. Nous en saurons plus quand le groupe de travail aura avancé sur ce dossier. Actuellement toutes les pistes sont ouvertes. Que ce soit du côté du conservatoire ou de l’Etat de Neuchâtel, on se dit serein et ouvert au dialogue. /sma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus