Licenciements dans le secteur du génie civil

Le secteur du génie civil est à la peine dans le canton de Neuchâtel. Une entreprise a mis ...
Licenciements dans le secteur du génie civil

Les travaux d'excavation peuvent commencer sur le chantier du tunnel du Bois des Rutelins. Le manque de grands chantiers se fait ressentir dans le canton de Neuchâtel. Ici celui aujourd'hui terminé du tunnel du Bois des Rutelins dans le Val-de-Travers.

Le secteur du génie civil est à la peine dans le canton de Neuchâtel. Une entreprise a mis la clé sous la porte et une autre a procédé à des licenciements sur la dizaine de grandes sociétés actives dans le domaine.

Walo a pris la décision de fermer sa succursale à Boudry pour rapatrier ses activités sur son site d’Eclépens, dans le canton de Vaud. Neuf collaborateurs sur 23 ont été licenciés à Boudry, dont le directeur. L’entreprise évoque un manque de perspectives dans le canton de Neuchâtel pour expliquer sa décision. Un nouveau contrat sera proposé aux employés qui ont été épargnés, les invitant à rallier Eclépens.

Une entreprise de La Chaux-de-Fonds a également licencié sept personnes en raison d’une baisse conjoncturelle, selon Jean-Claude Baudoin, secrétaire général de la Fédération neuchâteloise des entrepreneurs.

 

Des carnets de commandes qui s’amenuisent

Pour Jean-Claude Baudoin, cette situation s’explique par le manque de perspectives de travail. Près de 2 milliards de francs de contrats sont partis en fumée pour le canton de Neuchâtel à la suite de décisions populaires, les citoyens ayant refusé le projet de TransRUN, ainsi que la hausse du prix de la vignette qui aurait conduit à la réalisation du contournement des villes du Locle et de La Chaux-de-Fonds.

Plusieurs gros chantiers sont aussi arrivés ou arrivent à leur terme : celui du tunnel de Serrières à Neuchâtel, ainsi que celui du Bois des Rutelins dans le Val-de-Travers. Jean-Claude Baudoin évoque également les travaux sur l’autoroute reliant Auvernier à Serrières, ainsi qu’entre Saint-Blaise et Le Landeron, bientôt terminés. Par ailleurs, aucun grand projet ne se profile dans un avenir proche.

À cela s’ajoutent encore les mesures d’économies adoptées par le secteur public, qui limite les commandes. Les entreprises sont donc inquiètes et se tournent de plus en plus vers les autres cantons pour donner du travail à leurs employés.

 

Emplois en danger

Pour le secrétaire général de la Fédération  neuchâteloise des entrepreneurs, ce climat met en danger 10% des emplois dans la dizaine de grandes entreprises actives dans le génie civil sur territoire neuchâtelois, soit 80 à 100 collaborateurs. Les travailleurs au bénéfice d’un contrat temporaire ou à durée déterminée sont généralement les premiers touchés.

 

Rester vigilant

Pour Silvia Locatelli, responsable du secteur de la construction au syndicat Unia, la baisse des investissements est indéniable, mais il est toutefois difficile de tirer des conclusions à ce jour. Divers motifs poussent les entreprises à prendre des mesures, selon elle. Silvia Locatelli relève aussi que les chantiers ont commencé tôt cette année en raison de l’hiver doux, ce qui entraîne une quantité moindre de travail en cette fin d’année. Ces signaux de ralentissement poussent toutefois Unia à rester vigilant. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus