La Ville de Neuchâtel revoit son dispositif sécuritaire

La Ville de Neuchâtel revoit sa politique de sécurité. Cette réorganisation s’inscrit dans ...
La Ville de Neuchâtel revoit son dispositif sécuritaire

La Police de proximité de la Ville de Neuchâtel La Police de proximité de la Ville de Neuchâtel.

La Ville de Neuchâtel revoit sa politique de sécurité. Cette réorganisation s’inscrit dans le cadre du transfert de sa police à la police unique du Canton de Neuchâtel dès le premier janvier 2015. Elle se divise en deux piliers : un pilier « urgences » et un pilier dédié à la sécurité urbaine. C’est ce deuxième volet qui connaîtra le plus de bouleversements.

A la suite du transfert de 12 emplois à plein temps à la police unique cantonale, la Ville de Neuchâtel a décidé de renforcer le lien de proximité avec la population. Pour ce faire, elle va découper le territoire communal en une dizaine de quartiers. A chacune de ces zones sera affilié un assistant de sécurité publique qui assurera les missions qui restent à charge de la commune, telles que la circulation, le stationnement et l’utilisation du domaine public. Cet assistant sera aussi chargé d’entretenir une certaine proximité avec la population pour déceler d’éventuels foyers de tension.

A cela s’ajouteront encore des médiateurs qui travailleront entre 20h et 1 heure, surtout en fin de semaine, et qui iront au contact de la population pour limiter les incivilités.

Le second pilier, constitué du Service des urgences, réunira quant à lui les pompiers, les ambulanciers et la protection civile. Le principal changement par rapport au Service d’incendie et de secours actuel, le SIS, c’est l’intégration du domaine de la prévention du feu.

 

Lier sécurité et intégration

Par ailleurs, la Ville de Neuchâtel a également décidé d’engager cinq travailleurs sociaux de proximité, qui auront pour mission d’aller à la rencontre des personnes les plus vulnérables, qui peuvent poser problème dans l’espace public, et de travailler avec elles sur le plus long terme, par exemple en mettant en place des projets sociaux ou culturels. De cette manière, les autorités espèrent tisser un lien entre sécurité et intégration.

Les effectifs resteront stables à la suite de cette réorganisation. La Ville de Neuchâtel devrait en revanche perdre un million de francs par an si la Loi sur la police neuchâteloise prévue pour 2015 passe la rampe du Grand Conseil, principalement en raison du transfert de la commune au Canton des recettes liées aux radars.

Un rapport d’information sera soumis au Conseil général de la Ville de Neuchâtel concernant la mise en place de ce nouveau dispositif. /sbe


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus