Jean-Charles Legrix : du tyran au manager maladroit

Le rapport Rouiller révèle les dessous de l’Affaire Legrix. Le conseiller communal chaux-de-fonnier ...
Jean-Charles Legrix : du tyran au manager maladroit

Jean-Charles Legrix Jean-Charles Legrix veut conserver son dicastère actuel.

Le rapport Rouiller révèle les dessous de l’Affaire Legrix. Le conseiller communal chaux-de-fonnier, accusé de harcèlement notamment sexuel par certaines de ses anciennes collaboratrices, a demandé avec le reste de l’exécutif une enquête complémentaire à l’ancien juge fédéral Claude Rouiller pour éclaircir les faits.

Le rapport, rendu public ce mardi, va à contresens de l’audit Pasche.


Une secrétaire victime, et encore

L’ancien juge fédéral n’y est pas allé de main morte : non, Jean-Charles Legrix n’est pas blanchi. Mais l’affaire qui concerne l’élu UDC doit être redimensionnée à sa juste mesure. « Jean-Charles Legrix a été traité de tyran d’entreprise. Aujourd’hui, il doit être qualifié d’employeur public ayant exercé un management peu approprié. Son état d’esprit et sa manière d’être étaient inadéquats, davantage que son action. Mais il n’y a pas eu de harcèlement ». Point final.

Le conseiller communal a tout de même porté atteinte à la personnalité d’une secrétaire déjà fragile psychiquement. « Leur relation s’est rompue pour des motifs peu importants. Puis, Jean-Charles Legrix a tenu des propos malencontreux sur le physique de cette dame. C’était stupide et elle en a souffert. De la part d’un chef, on aurait souhaité qu’il s’aperçoive aussi que cette secrétaire n’était pas à l’aise à ce poste et qu’il lui propose une autre place de travail », explique Claude Rouiller. Des faits que le principal intéressé ne nie pas : « Je me suis excusé auprès d’elle». Dans son rapport, l’expert recommande une indemnité équivalente à un mois de salaire. Les autorités communales entreront en matière.

Quant aux autres victimes potentielles, elles auraient déclaré à Claude Rouiller être très choquées par ce qui a été écrit sur le conseiller communal : « Même la plus concernée m’a dit qu’il n’avait jamais eu un quelconque geste à son encontre ». 
 

Des accusations qui font effet « boule de neige »

Reste à savoir comment on en est arrivé à « détruire un homme par des accusations terriblement choquantes ».

L’ancien juge fédéral explique que la différence de méthodologie entre son expertise et celle de Madame Pasche sont une partie de l’explication. « Elle n’a pas mal fait son travail. Mais il n’y a pas d’analyse contradictoire dans son rapport ».

Les collaborateurs, une dizaine, ont étés entendus par l’auditrice. Ils lui ont indiqué ensuite qui aller auditionner, par capillarité en quelque sorte. Claude Rouiller, lui, a écouté les témoins à charge mais aussi à décharge ! « Les personnes qui ont parlé contre Jean-Charles Legrix l’ont fait car elles supportaient mal le changement de tutelle (ndlr : passage de témoin de Pierre Hainard à Jean-Charles-Legrix). Malheureusement, l’élu UDC est allé sur le terrain chercher la vérité et remettre de l’ordre. Il est intervenu notamment au sein de l’Imperium de Josef Mucaria, le chef de la voirie. Il n’avait pas à le faire : le chef doit rester chef et déléguer ».


Tout va bien Madame la Marquise

Aujourd’hui, le blason de Jean-Charles Legrix sort redoré de ce rapport d’expert. Le Conseil communal, lui, s’en sort la tête basse a-t-on envie de dire. « Il n’avait pourtant rien d’autre à faire que de mettre sur la touche son collègue », nuance Claude Rouiller.

Reste que l’Exécutif assure travailler désormais dans une ambiance paisible.  A voir si cela se confirme, quand on sait que Jean-Charles Legrix réclame une participation aux frais élevés d’avocat qu’il a eu à débourser, alors que la Commune a payé son avoué avec les finances de la Ville. Ajoutons à cela que l’élu UDC a toujours deux plaintes pénales en cours, l’une concernant l’audit Pasche, l’autre contre inconnu et visant les témoignages qui l’ont sali. Ambiance paisible vous avez dit ? Nous jugerons dans quelques semaines…/abo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus