Le Théâtre du Pommier prend des risques

C’est une demi-saison qui s’annonce engagée, au Théâtre du Pommier - Centre culturel de Neuchâtel ...
Le Théâtre du Pommier prend des risques

 Le directeur du Pommier tient à rappeler que ses portes sont ouvertes à tous.

C’est une demi-saison qui s’annonce engagée, au Théâtre du Pommier - Centre culturel de Neuchâtel. Le directeur, Roberto Betti, a présenté le programme allant de septembre à décembre, ce samedi. Il le dit clairement : « Je choisis des artistes engagés dans leur art et j’attends d’eux qu’ils prennent des risques ».

Des risques, Roberto Betti en a pris aussi en présentant les couleurs de sa demi-saison lors d’un vide-dessing : « J’ai voulu attirer un autre public, une manière pour moi d’expliquer que le lieu est ouvert à tout le monde ». Une formule qui semble avoir porté ses fruits : certains amateurs de nippes ont déclaré n’avoir jamais osé franchir le seuil auparavant…

 

Gulliver chacun à sa manière

Côté programmation, le rendez-vous phare est sans aucun doute Gulliver de Jonathan Swift. Jouée par la compagnie Thaumatrope, la pièce renvoie une image différente à chaque spectateur. « Le public est invité à s’installer autour du décor, à prendre un casque et à regarder par la fenêtre pour voir ce qui se passe à l’intérieur de la scène. Selon où on se place, on n’a pas la même vision et on n’entend pas les voix de la même façon », s’enthousiasme Roberto Betti.

Le Théâtre du Pommier – Centre culturel de Neuchâtel s’est forgé une réputation sans pour autant empiéter sur les plates-bandes de ses voisins proches. « Les théâtres du canton sont complémentaires », commente son directeur. « Chaque scène a ses couleurs. Pour ma part, je suis fier de donner leur chance aux nouveaux talents ». /abo

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes