Les cent ans des Guches

« Non, c’est pas Marcel sur c’te photo ! Marcel avait les oreilles bien plus décollées ! » ...
Les cent ans des Guches

 Les bancs ont changé, mais les chaises sont toujours aussi inconfortables, selon certains.

« Non, c’est pas Marcel sur c’te photo ! Marcel avait les oreilles bien plus décollées ! ».
Les commentaires sont spontanés devant de vieilles photos de classes exposées au Collège des Guches, à Peseux. Le rire et l’émotion habitent les couloirs de l’école depuis samedi matin. Un événement (car il s’agit bien d’un événement) réunit plusieurs générations le temps d’une journée : l’école fête ses 100 ans.

Les élèves actuels ont préparé méticuleusement cet anniversaire : exposition, décoration de leur classe, bricolages pour illustrer les punitions de l’époque… Pour bon nombre d’anciens écoliers revenus pour la première fois sur les traces de leur enfance, l’effet Madeleine de Proust a frappé. « Je reconnais les odeurs, ça sent la craie et le savon », raconte une sexagénaire. « Je me souviens d’un prof, je ne l’aimais pas du tout. Mais on s’est revu bien des années plus tard et on a mangé ensemble », raconte un autre.

Le travail accompli pour cette fête est titanesque. « Le plus dur a été de retrouver 100 ans d’archives », explique le président du comité d’organisation Patrick L’Eplattenier. « Heureusement notre secrétaire, qui vient de prendre sa retraite après 20 ans de travail au sein du collège, avait conservé passablement de listes d’élèves et de professeurs. Nous avons pu les contacter plus facilement ».

A part les photos de deux volées, tous les clichés ont été rassemblés. Détail sympathique : l’école a vu passer quatre générations dans ses murs : « la dernière vient de commencer, il s’agit d’un membre de la famille Barth, le conseiller communal de Peseux », s’amuse Patrick l’Eplattenier. Le collège a subi passablement de changements ces 100 dernières années. Construit par les mains du village pour répondre à l’évolution démographique, il a été agrandi puis rénové à plusieurs reprises. Quelques photos témoignent de sa mutation.

Comme à chaque anniversaire, « Les chances de retrouver des copains à l’horizontale sont plus élevées », peut-on entendre dans le corridor. Qu’importe, on prend des nouvelles de ceux qui sont restés. Et on fait connaissance avec la descendance.  /abo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus