Perreux ne sera pas un centre de renvoi

Le centre fédéral de requérants d’asile prévu à Perreux va ouvrir ses portes mi-septembre. ...
Perreux ne sera pas un centre de renvoi

Les Buis vont accueillir 80 requérants d'asile au maximum. Les Buis vont accueillir 80 requérants d'asile au maximum.

Le centre fédéral de requérants d’asile prévu à Perreux va ouvrir ses portes mi-septembre. Il va s’agir d’un lieu d’hébergement et non de renvoi. Le site de Boudry sera géré par la Confédération qui a signé un contrat de bail de dix ans avec le canton de Neuchâtel, propriétaire du site.

Dans un premier temps, entre 40 et 80 personnes seront accueillies dans le bâtiment des Buis. Leur arrivée sera échelonnée. Le centre va accueillir principalement des hommes, mais aussi des femmes et des enfants en bas âge, de toutes nationalités. Dès le mois d’octobre ensuite, un centre d’accueil d’urgence provisoire pour des réfugiés ouvrira ses portes dans le bâtiment situé à côté, les Erables. Il pourrait accueillir jusqu’à 250 personnes ces trois prochaines années.

 

Bonne tenue de rigueur !

Le centre sera exploité et financé par la Confédération, mais la commune de Boudry a eu son mot à dire durant la procédure d’ouverture. Elle a signé une convention avec l’Etat et la Confédération. Ainsi, un encadrement sécuritaire strict est prévu. Les requérants d’asile sont tenus de le respecter sous peine de sanctions. Leurs heures de sortie en semaine vont se limiter à la période 9h-17h. Le week-end, ils auront l’autorisation de quitter la ville pour se rendre auprès d’amis ou de connaissances situées dans d’autres endroits du pays, mais devront être rentrés le dimanche soir avant 19 heures. Ils seront fouillés à la sortie et à l’entrée du périmètre par des agents de sécurité privée présents 24h sur 24 et 7 jours sur 7. La Police cantonale neuchâteloise participe au dispositif de sécurité.

De nombreux habitants, de même que la Commune, craignaient de voir se reproduire les situations tendues qu’ils ont vécues lorsque le centre de requérant d’asile à Perreux était géré par le Canton. Leurs inquiétudes ont été en grande partie balayées mardi soir lors d’une séance d’information publique tenue par des représentants des trois autorités. Les requérants qui seront hébergés à Boudry seront des personnes en première instance de procédure. Il s’agit donc de demandeurs qui viennent d’arriver en Suisse, qui ont tout intérêt à mettre toutes les chances de leur côté et qui devraient donc bien se comporter. Par ailleurs, ils ne resteront sur place que six semaines en moyenne et douze au maximum, le temps de la procédure d’attribution à un canton.

Si toutefois les habitants de Boudry constatent des troubles causés par la présence de requérants d’asile, ils peuvent appeler un numéro d’urgence. Le chef d’intervention de l’entreprise de sécurité répond 24h sur 24 et 7 jours sur 7 au 032 843 00 75.

 

Les requérants ne seront pas désœuvrés

Un programme d’occupation à l’intérieur des murs du centre fédéral est prévu. Les requérants d’asile vont également avoir la possibilité de réaliser des tâches d’intérêt public, tel que l’entretien et le nettoyage des rues, des forêts ou des sentiers pédestres, ainsi que le montage d’infrastructures destinées à des manifestations. Des tâches qui seront rémunérées par la Confédération.

Les habitants de Boudry qui le souhaitent sont invités à rejoindre le groupe d’accompagnement mis en place par la commune afin d’aider les requérants à trouver des occupations d’intérêt public. /aes


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus