Police neuchâteloise : fin des mandats de prestation

Les prises de becs entre Canton et communes autour de la Police neuchâteloise sont trop nombreuses ...
Police neuchâteloise : fin des mandats de prestation

Pascal Luthi Pascal Luthi, le commandant de la Police neuchâteloise.

Les prises de becs entre Canton et communes autour de la Police neuchâteloise sont trop nombreuses. Le gouvernement veut revoir les points qui fâchent : il propose de réviser la Loi sur la police de 2007, qui avait donné naissance à une police unique pour tout le canton.

Le principe n'est pas remis en cause, ce sont l'organisation et la communication entre l'Etat et les communes qui ont été repensées.


Responsabiliser les communes

Avec la nouvelle loi, finis les mandats de prestation facultatifs pour les communes. Celles-ci devront assumer elles-mêmes certaines tâches, en engageant des assistants de sécurité publique. Les communes seront aussi représentées dans plusieurs organes décisionnels, pour avoir leur mot à dire sur la politique sécuritaire.

Pour financer cette nouvelle organisation, la loi prévoit que l'argent des amendes locales soit encaissé par les communes et celui des amendes cantonales par l'Etat. Les communes devront également opérer une bascule d'un point d'impôt en faveur de l'Etat.


Cantonalisation des radars

Les radars en revanche seront désormais gérés par le Canton, qui en touchera les bénéfices. Ceci par souci de cohérence, pour éviter qu'il y ait trop de radars à un endroit et pas assez à d'autres. 

Cette mesure déplaît à une majorité de communes, qui considèrent les radars comme un outil sécuritaire permettant de faire respecter les limitations de vitesses dans certains quartiers sensibles. Les autorités communales préféreraient conserver la gestion des radars, tout en versant les bénéfices au Canton.

Cette révision de la Loi sur la Police neuchâteloise sera soumise au Grand Conseil cet automne, elle devrait entrer en vigueur le 1er janvier. /mvr


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus