La 8e année HarmoS au cœur des changements de la rentrée

Ce sont 20'354 élèves qui prendront le chemin de l’école lundi prochain dans le canton de Neuchâtel ...
La 8e année HarmoS au cœur des changements de la rentrée

La haie de l'école enfantine de Bassecourt

Ce sont 20'354 élèves qui prendront le chemin de l’école lundi prochain dans le canton de Neuchâtel, soit cinq de plus qu’à la rentrée précédente. Les effectifs sont donc stables, après une certaine érosion observée ces dernières années.  Seul le cycle 1, qui comprend les quatre premières années HarmoS, affiche une diminution de 24 élèves.

Cette rentrée est aussi marquée par le bouclement du dossier HarmoS. Toutes les directives sont désormais mises en place. Le Canton de Neuchâtel a ainsi une année d’avance sur le délai fixé à la rentrée 2015 sur le plan fédéral. La dernière mesure à entrer en vigueur concerne la 8e année HarmoS, qui est désormais rattachée au cycle 2, soit à l’école primaire.

 

Prémisses de la réforme des filières

Cette 8e année annonce aussi la mise en place progressive de la réforme des filières de l’école secondaire. Dès cette rentrée, les épreuves cantonales ne comptent plus qu’à titre indicatif. Les sections orientation et transition disparaissent. Tous les élèves sont rassemblés dans les mêmes classes et quatre heures d’appui par semaine sont instaurées pour les élèves qui rencontrent plus de difficultés. Pour la première fois, l’anglais fait aussi son apparition en 8e année HarmoS ; une mesure qui découle de l’introduction de cette langue en 7e année l’an passé.

 

D’autres nouveautés encore

Le concordat intercantonal en matière de pédagogie spécialisée fait aussi son chemin dans l’école neuchâteloise. Un nouvel arrêté entre en vigueur dès ce mois d’août. Il vise à favoriser l’intégration des élèves aux besoins éducatifs particuliers dans les classes.

Le projet pilote d’immersion en allemand s’étend quant à lui à de nouvelles communes : Cornaux, Dombresson, Villiers et Le Pâquier, ainsi qu’aux villes de Neuchâtel et de La Chaux-de-Fonds. La langue de Goethe y est désormais enseignée dès l’âge de 4-5 ans.

Finalement, les enseignants seront désormais évalués. Des entretiens individuels seront mis en place avec la direction pour faire le point sur les objectifs à atteindre.

 

Craintes du syndicat temporisées

En début de semaine, le Syndicat autonome des enseignants neuchâtelois (SAEN) faisait part de ses inquiétudes quant à l’instauration d’éventuelles nouvelles mesures d’économies dans le secteur de l’éducation. Il faisait aussi état d’un nombre toujours plus élevé d’élèves à charge de l’enseignant.

Le chef du Service de l’enseignement obligatoire, Jean-Claude Marguet, admet que le canton de Neuchâtel se trouve en dessous de la moyenne nationale concernant le taux d’encadrement, soit le nombre d’élèves à charge d’un enseignant, mais que cette tendance ne va pas en se dégradant. Au contraire, ce taux s’améliore avec l’introduction, dès cette rentrée, de 600 nouvelles périodes d’enseignement, selon lui. Il reconnaît toutefois que le métier se complexifie et que les pressions sont toujours plus grandes.

De son côté, la conseillère d’Etat en charge de l’éducation, Monika Maire-Hefti, n’a pas caché que le Département de l’éducation devra lui aussi contribuer aux économies exigées par le plan d’assainissement adopté par le Grand Conseil et portant sur 164 millions de francs.

La Police cantonale appelle les automobilistes à la prudence pour cette rentrée des classes. La traditionnelle campagne radar va être mise en place aux abords des collèges durant toute la semaine prochaine. /sbe

 


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus