Quand ville et nature se côtoient

Saviez-vous que les souris préfèrent la viande au fromage ou que mygales et scorpions se promènent ...
Quand ville et nature se côtoient

Souris

Saviez-vous que les souris préfèrent la viande au fromage ou que mygales et scorpions  se promènent en ville de Neuchâtel? L’encyclopédie Mille natures à Neuchâtel, du directeur du Jardin botanique Blaise Mulhauser, abrite une foule d’informations de ce type. L’auteur a voulu mettre en lumière la biodiversité qui règne à Neuchâtel.

Son ouvrage contient 1’000 articles et recense quelque 3'000 espèces sur les 15'000 que l’on compte dans la capitale cantonale. Le lecteur y trouvera aussi bien des renseignements sur la faune que sur la flore, les bactéries ou les virus. Il apprendra qu'une espèce de mygale vit dans les zones sèches de Neuchâtel et que le scorpion noir à queue jaune vit quant à lui aux abords de la Serrière et à la rue de l’Orée depuis les années 1940. Une piqûre de l’une ou l’autre de ces bêtes ressemble à une piqûre de guêpe.

Coquelicots

Les articles de Blaise Mulhauser s’accompagnent de plus d’un millier de photographies prises par l’auteur, mais aussi par des habitants qui se sont un jour trouvés face à une plante ou à un animal intrigants.

Cette encyclopédie contient aussi de nombreuses données sur la toponymie, soit les noms de lieux souvent issus de la réalité dans laquelle ils s’inscrivent, à l’image de la rue des Gouttes-d’or, surplombée de vignes, qui fait référence aux grains de raisin du chasselas.

Quand le lézard s'appellait « lanzerne »

Blaise Mulhauser y évoque aussi l’utilisation qui peut être faite de certaines plantes. On  apprend ainsi que le tussilage, sous forme d’infusion ou de sirop, permet de lutter contre la toux. L’encyclopédie fait finalement la part belle aux régionalismes : certains Neuchâtelois désignaient autrefois le blaireau sous le nom de « tasson » ou « taisson », en patois, et le lézard sous celui de « lanzerne »,  par exemple.

Cet ouvrage se donne ainsi pour objectif de sensibiliser la population à la biodiversité qui l’entoure et à l’inciter à en prendre soin, sans pour autant être dénué d’humour. On lit par exemple que l’homme occupe surtout le bas du territoire communal, qu’une petite population s'est installée  dans les hauts de Chaumont et que les femmes tendent à donner naissance en plaine, curieusement dans un même lieu : la maternité…

L’encyclopédie Mille natures à Neuchâtel est disponible au Jardin botanique, au Musée d’histoire naturelle, ainsi qu’en librairie. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus