MEAS licencie un tiers de son personnel

L’entreprise MEAS licencie un tiers de ses collaborateurs. Basée à Bevaix, nous avons appris ...
MEAS licencie un tiers de son personnel

MEAS L'entreprise MEAS, à Bevaix.

L’entreprise MEAS licencie un tiers de ses collaborateurs. Basée à Bevaix, nous avons appris que cette fabrique de capteurs de pression doit se séparer de 20 personnes sur les 62 qu’elle emploie actuellement. La direction évoque une forte concurrence et des coûts de production élevés. Les licenciements concernent le département de la production.

Le personnel de MEAS a été informé de cette décision le 15 avril. « C’était une mauvaise surprise pour eux car la boîte se porte plutôt bien », explique Frédéric Piaget, responsable des finances. « Malheureusement, nous ne sommes pas les seuls sur le marché ».


Regards tournés vers la Chine

Les licenciements seront échelonnés sur plusieurs mois, entre l’été à venir et le printemps prochain. « Ce n’est pas que nous voulons éviter un plan social », se défend le responsable du site Didier Pujol. « En réalité, nous allons délocaliser en Chine. Et c’est la capacité d’absorption (ndlr: des produits) des Asiatiques qui dictera le rythme des licenciements ». Les premiers départs sont prévus en septembre. En attendant, des réunions sont programmées avec l’ORP pour aider les collaborateurs (essentiellement non qualifiés) à retrouver un emploi. Ces mêmes collaborateurs se sont d’ailleurs vus proposer une prime d’encouragement. Une manière de leur demander de rester jusqu’à la fin de leur contrat. « Ça peut aller de 2 mois à 6 mois de salaire », souligne le directeur financier.


Les forces sur la recherche et le développement

Le site de Bevaix ne disparaîtra pas, nous promet-on. Son département recherche et développement est même  destiné à devenir un pôle d’excellence.  Quant à la production, touchée par les licenciements, elle est maintenue mais avec un effectif réduit.

Preuve de ce qu’elle avance, la direction nous indique que le bail de MEAS a été renouvelé pour ces 10 prochaines années.


Unia met son nez dans le dossier

Contacté par nos soins, le syndicat Unia indique qu’il rencontrera le fabriquant de capteurs de pression ce jeudi. Actuellement,  Unia n’a pas reçu de mandat.

MEAS (Measurement Specialities, de son vrai nom), a été fondée en 1998 à Bevaix.
Depuis 2007, l’entreprise, unique en Suisse, est englobée à un groupe américain qui possède une vingtaine de sites dans le monde, pour 3'500 employés. /abo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus