Trois ans de prison pour une série de vols

Trois ans de peine privative de liberté pour un ressortissant français d’une trentaine d’années ...
Trois ans de prison pour une série de vols

 Le Tribunal criminel des Montagnes neuchâteloises et du Val-de-Ruz renvoie en prison un ressortissant français reconnu coupable de 46 vols et tentatives de vol.

Trois ans de peine privative de liberté pour un ressortissant français d’une trentaine d’années, c'est le verdict rendu vendredi par le Tribunal criminel des Montagnes et du Val-de-Ruz.

Entre mars 2010 et septembre 2013, l'homme a commis 46 vols ou tentatives de vol à La Chaux-de-Fonds, à Neuchâtel et à Bienne principalement. Le cumul de ses infractions représente 95'000 francs pour les vols et 63'000 francs pour les dommages à la propriété.

Devant la Cour le prévenu, le dos voûté, explique dans un quasi murmure avoir commis ces vols pour manger et boire, avouant au passage un problème d’alcool.

À l’heure des réquisitoires, tant le Ministère public que la défense ont souligné l’excellente collaboration dont a fait preuve l’accusé durant l’enquête, permettant dans la foulée d’élucider tout une série de cas.

 

Multiréciviste

L’accusation a requis trois ans, soulignant que le prévenu avait déjà fait l’objet d’une quinzaine de condamnations, y compris en tant que mineur, en France et en Belgique pour un total de 66 mois de détention. La défense a choisi de s’en remettre au tribunal concernant la durée de la peine. Elle a par contre demandé à la Cour d’envisager le placement de son client pour traiter son addiction.

Au final, le tribunal a condamné le prévenu à trois ans de peine privative de liberté et à payer les frais de la cause qui se montent à 13'000 francs. Il rejette par contre le placement. Selon une expertise du Centre neuchâtelois de psychiatrie, le problème d’alcool du prévenu ne se situe qu’au second plan, derrière un trouble dissociatif de l’identité.

Le prévenu est reparti du tribunal menotté et encadré par deux agents de sécurité. L’avocat du prévenu attend les motivations écrites du jugement avant d’envisager un éventuel appel. /cwi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus