Le procès qui tourne à la mascarade

Décidément, l’une des plus importantes affaires d’escroquerie qu’ait connu le canton de Neuchâtel ...
Le procès qui tourne à la mascarade

Code pénal, tribunal Ils sont nombreux à attendre que justice se fasse.

Décidément, l’une des plus importantes affaires d’escroquerie qu’ait connu le canton de Neuchâtel pourrait inspirer bien des auteurs de pièces de théâtre.

Dans le rôle principal : un prévenu absent qui joue avec les nerfs de la Cour, pour la troisième fois d’ailleurs. Cette pièce théâtrale aux traits ubuesques pourrait être une comédie si la liste des plaignants n’était pas longue comme le bras. Et si la procédure n’avait pas commencé voilà 14 ans.

 

Malheureusement, ce drame judiciaire - car c’en est un - est bel et bien réalité.

Trois hommes prévenus principalement d’escroquerie, d’abus de confiance et de gestion déloyale devaient comparaître devant le Tribunal de Boudry ce lundi matin. Ils auraient acheté puis revendu passablement de commerces et de sociétés en Suisse romande, entre 1999 et 2006. En s’enrichissant illégalement au passage.

Ce procès fleuve, avec une bonne quarantaine de plaignants, s’étend sur trois semaines et le dossier est épais de plus de 7'000 pages !

Or, pour la troisième fois lundi matin, et sans grande surprise il faut le dire, l’un des principaux prévenus ne s’est pas présenté à son procès, laissant son acolyte seul face à la justice. Le troisième prévenu, lui, comparaîtra ultérieurement.

« Je suis embêté, je ne sais pas où est mon client », a déclaré l’avocat du Grand Absent, sans nouvelles de lui depuis le mois de février.

Déjà absent à deux reprises après avoir brandi des certificats médicaux, le prévenu a été cité à comparaître. En vain. Une expertise médiale avait pourtant prédit que l'homme risquait d'utiliser la stratégie de la maladie...

Après discussion entre la Cour, les avocats et le Ministère public, il s’avère que juger les deux principaux prévenus séparément n’est pas possible. « Les deux parties passent leur temps à se renvoyer la balle », a déploré une avocate.

Remarque entendue par la Cour. Après s’être retiré pour délibérer, les juges ont renvoyé le procès à mardi. En espérant que le prévenu absent soit, cette fois-ci, sur sa chaise. /abo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus