Vers un rapprochement des lycées neuchâtelois

Les lycées de Neuchâtel pourraient devoir encore plus collaborer. Le Service des formations ...
Vers un rapprochement des lycées neuchâtelois

La réflexion sur l'avenir des lycées est lancée. La réflexion sur l'avenir des lycées est lancée.

Les lycées de Neuchâtel pourraient devoir encore plus collaborer. Le Service des formations post-obligatoires et de l’orientation lance une vaste réflexion pour examiner la cohérence des enseignements dans les institutions actuelles. Son application pourrait être effective à la rentrée 2015. Les enseignants craignent que les lycées Denis-de-Rougement et Jean-Piaget perdent une partie de leur autonomie.

Le projet en cours a pour but de mettre sur pied des pôles d'excellence au sein desquels existe une cohérence pédagogique. A terme, certaines branches pourraient migrer d’une institution à l’autre, comme ce fut déjà le cas ces dernières années. Exemple : l’ancien gymnase cantonal a dû lâcher l’enseignement de la philosophie en tant qu’option spécifique.

Le projet vise aussi à accroître l’efficience financière. Pour y parvenir, l’existence de formations académiques et commerciales au sein d’une même institution (c’est le cas du Lycée Jean-Piaget) est remise en question.

La cheffe du département de l’éducation, Monika Maire-Hefti, insiste : Toutes les options sont ouvertes. De la situation actuelle à un rapprochement. Il n’y a aucun tabou et je me réjouis de prendre connaissance des conclusions de cette réflexion.

 

Discussions au parlement d'abord

Les discussions ne datent pas d’hier. Elles remontent à un postulat du Grand Conseil de 2010, qui demandait au gouvernement cantonal d’étudier, dans un souci de rationalisation, l’adaptation des structures de la gestion des établissements de formation post-obligatoire.

Outre la volonté de mieux organiser les filières de formation du secondaire 2 et d’améliorer l’efficience financière, il y a aussi, en toile de fond, la volonté de mieux gérer les locaux. Il faut savoir que le nouveau bâtiment du Denis-de-Rougemont, construit en 1964, a urgemment besoin d’une rénovation.

Le projet est mené par un comité de pilotage, un groupe de projet et au moins trois sous-groupes. Ces derniers se pencheront notamment sur les infrastructures, sur les ressources en enseignants et sur les scénarios futurs.

 

Au pas de charge

Reste que le projet suscite des interrogations. Sur le fond, d’abord : Pourquoi vouloir changer des institutions qui fonctionnent ? C’est la question soulevée par plusieurs enseignants. Et puis, ensuite, la manière dont est menée le projet génère aussi certains doutes. Le Service des formations post-obligatoire et de l’orientation compte l’appliquer dès la rentrée 2015. Pourquoi ce rythme au pas de charge ?

Enfin, et c’est ce point qui fait le plus réagir les enseignants qui nous ont répondu : les deux institutions que sont l’ancien gymnase cantonal et l’Ecole supérieure de commerce de Neuchâtel ont cultivé de véritables esprits d’entreprises. Les rapprocher ? D’accord. Mais pas pour faire de deux restaurants gastronomiques une cantine. /aju


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus