Autodesk licencie à Neuchâtel

Autodesk licencie sur son site de Neuchâtel. Le groupe américain qui crée des logiciels permettant ...
Autodesk licencie à Neuchâtel

Autodesk Autodesk a déjà licencié en août 2012.

Autodesk licencie sur son site de Neuchâtel.

Le groupe américain qui crée des logiciels permettant la visualisation en 3D a annoncé mardi matin la suppression d’une dizaine d’emplois dans son secteur informatique.

Dans un communiqué très laconique, l’entreprise écrit qu’elle doit redéployer certaines ressources entre ses sites pour mieux répondre aux besoins du marché.

Les besoins ont diminué dans le secteur informatique de Neuchâtel, indique Aurélie Fabbri, cheffe de la communication. Nous avons mis plus de ressources humaines ailleurs (ndlr : sur d’autres sites de l’entreprise), pour nous adapter aux marchés actuels.

 

Des chiffres difficiles à obtenir...

Autodesk refuse de nous dire combien de personnes sont employées actuellement à Neuchâtel. Mais elles seraient entre 250 et 300, selon une dernière estimation. Il a d'ailleurs fallu insister longuement pour connaître le nombre de personnes licenciées, chiffre que l'entreprise ne nous a finalement pas communiqué précisément...

Il s’agit de la seconde vague de licenciements sur le site neuchâtelois de l’entreprise, depuis un an et demi. En août 2012, une quinzaine de personnes avaient déjà perdu leur emploi.

Autodesk se défend d’être dans les chiffres rouges : Cela n’a rien à voir avec d’éventuelles difficultés financières. Nous voulons simplement mettre les bonnes personnes au bon endroit, sur les bons marchés, explique Aurélie Fabbri.

 

Unia sur le front

Pour Catherine Laubscher, du syndicat Unia, il s’agit incontestablement d’une technique de saucissonnage : L’entreprise licencie par petit groupes pour échapper à l’obligation d’ouvrir une consultation avec les employés et pour ne pas devoir soumettre le dossier au Service de l’emploi, déplore-t-elle. /abo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus