Un garçon échappe à la noyade aux piscines du Nid-du-Crô

Un garçon de 12 ans a frôlé la noyade samedi en fin d’après-midi aux piscines du Nid-du-Crô ...
Un garçon échappe à la noyade aux piscines du Nid-du-Crô

L'enfant est hors de danger

Un garçon de 12 ans a frôlé la noyade samedi en fin d’après-midi aux piscines du Nid-du-Crô, à Neuchâtel. Sauvée à temps, la victime a été transportée à l’Hôpital Pourtalès. Elle est hors de danger. En principe, le jeune garçon est sorti de l'hôpital dimanche, nous indique-t-on du côté des piscines du Nid-du-Crô.


Selon nos informations, l’enfant a été vu inanimé au fond du bassin. Des témoins nous assurent que l’alerte a été donnée par des nageurs, qui seraient allés chercher le garde-bain. Une version totalement contestée par le gestionnaire des piscines de Neuchâtel Mathieu Séguela : Le garde-bain a vu l’enfant, il a plongé et il l’a remonté. Ce genre de drame se déroule toujours très vite et tout le monde agit en même temps, explique-t-il.


Intervention de 25 minutes

Le surveillant a pratiqué le bouche-à-bouche à deux reprises sur le garçon pour le réanimer. Il n’y a pas eu besoin de faire un massage cardiaque. Pendant ce temps, un second garde-bain a alerté la caissière pour qu’elle appelle les pompiers.

Les bassins ont été évacués, comme le stipule une norme européenne, raconte Mathieu Séguela. Etant donné que tout le personnel est mobilisé pour sauver une vie, il n’y a plus personne pour surveiller les piscines. On ne peut donc pas prendre de risque.

 

Noyade silencieuse

Actuellement, on ne s’explique pas ce qui s’est passé. L’enfant savait nager, indique le gestionnaire des piscines. Et de préciser qu’une noyade d’enfant est toujours silencieuse : On n’entend pas un enfant qui se noie. L’enfant a tendance à attendre qu’on l’aide, sans agir.

La victime est venue sans accompagnant adulte à la piscine. Rien d’anormal, puisque la loi oblige un enfant à être accompagné jusqu’à l’âge de 8 ans uniquement.

Samedi soir, Mathieu Séguela est allé rendre visite au jeune garçon et à sa famille, à Pourtalès. La maman n’est pas fâchée. Elle est surtout heureuse d’avoir son fils près d’elle, conclut-il. /abo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus