Contresens sur l'A5 : un an ferme requis contre le chauffard

Un homme de 29 ans comparaissait jeudi matin devant le Tribunal régional du Littoral et du ...
Contresens sur l'A5 : un an ferme requis contre le chauffard

Un homme de 29 ans comparaissait jeudi matin devant le Tribunal régional du Littoral et du Val-de-Travers à Boudry. Il est prévenu d’infraction grave à la loi sur la circulation et de lésions corporelles graves. Le jeune homme a roulé à contresens sur l'A5, et provoqué une collision frontale avec deux véhicules à la hauteur de Colombier. L'accident s'est produit le 31 mars 2011.

Le chauffard présumé est entré sur l’autoroute à Vaumarcus. Il conduisait sous l’emprise d’alcool et de stupéfiants. Après avoir roulé sur une quinzaine de kilomètres à contresens, son véhicule a percuté deux voitures qui roulaient normalement en sens inverse. La collision a fait deux blessés graves, dont le chauffard. La troisième conductrice impliquée s'en est sortie avec des blessures plus légères.

 

Trou noir

Je ne me souviens pas... Je ne saurais pas vous dire... Ces phrases sorties de la bouche du prévenu ont retenti à de nombreuses reprises dans la salle d’audience jeudi matin. Le juge a longuement insisté sur les souvenirs du prévenu. Il a essayé de reconstituer ce qui s’était passé ce soir de mars 2011. Mais le jeune homme prétend ne se souvenir de rien. Il ne sait pas ce qui s’est passé, pourquoi il a bu autant, pourquoi il a consommé du cannabis et des amphétamines avant de prendre le volant, ni même pourquoi il s’est retrouvé sur l’A5 ce soir-là.

Si le trou noir semble régner dans sa mémoire, les analyses retrouvées dans son sang après l’accident sont formelles : 2 pour mille d'alcoolémie, plus les stupéfiants. A cela s’ajoute une longue liste d’antécédents qui figurent au casier judiciaire du prévenu : plusieurs condamnations pour conduite sous l’effet d’alcool et de stupéfiants, excès de vitesse et, plus grave, conduite sous le coup d’un retrait de permis.

 

Polytoxicomane ou sincère repenti?

Pour l’avocat de l’une des victimes, le prévenu est un polytoxicomane, dont les multiples condamnations n’ont rien changé à son comportement. S'il récupère son permis, il va redevenir un danger public ! L'avocat demande donc la confirmation de la peine du Ministère public, à savoir un an de prison ferme.

En revanche, l’avocate du prévenu conteste la peine ferme. Elle rappelle que son client a subi un électrochoc. Cette fois, il a compris ! Il est abstinent depuis plusieurs mois, il a retrouvé un emploi et il essaie de se reconstruire. La mandataire du  jeune homme demande aussi que sa responsabilité très restreinte soit considérée dans cette affaire, compte tenu de son taux d'alcoolémie très élevé. Par conséquent, elle plaide pour une peine modérée, avec sursis. Selon elle, la prison ferme ferait tout simplement plonger son client, actuellement sur le bon chemin.

Le jugement sera rendu jeudi prochain. /sco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus