Dons d’organes toujours insuffisants

La Suisse manque toujours cruellement d’organes. Le nombre de donneurs est stable mais les ...
Dons d’organes toujours insuffisants

Carte de donneur d'organe Carte de donneur d'organe.

La Suisse manque toujours cruellement d’organes. Le nombre de donneurs est stable mais les patients qui ont besoin d’une transplantation augmentent, selon les dernières statistiques de Swisstransplant.

Depuis 2009, les cantons latins ont mis en place un nouveau système prometteur. Pour mieux détecter les donneurs potentiels, un coordinateur local est nommé dans les hôpitaux, ce qui a permis de détecter environ 70% de cas supplémentaires. Mais de l’autre côté, le nombre de refus de la part des familles a augmenté.

La coordinatrice pour le don d’organe à l’Hôpital neuchâtelois est Marie-Pierre Chambet Cousin, elle est notamment chargée de développer les procédures qui entourent le don d’organe et de former le personnel hospitalier.

Depuis 2011, aucun don d’organe n’a émané de l’Hôpital neuchâtelois. La raison est simple : les patients doivent atteindre un stade de mort cérébrale pour devenir donneur, des cas qui se présentent rarement dans le canton. Il y en a 6-7 par année sur une septantaine de décès au total, pour aboutir à un don il faut encore que la famille soit d'accord et qu'il n'y ait pas de complication médicale...

En Suisse, la personne qui souhaite donner ses organes en cas de décès doit le dire explicitement, via la carte de donneur d’organe ou en informant ses proches. /mvr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus