Le centre photovoltaïque tire un bilan positif après un an

Le bilan du centre photovoltaïque du CSEM, le Centre suisse d’électronique et de microtechnique ...
Le centre photovoltaïque tire un bilan positif après un an

Panneaux solaires de couleur Panneaux solaires de couleur.

Le bilan du centre photovoltaïque du CSEM, le Centre suisse d’électronique et de microtechnique basé à Neuchâtel, est très positif aux yeux de son directeur Christophe Ballif, un an après son lancement.

Le centre photovoltaïque est financé à hauteur de 19 millions de francs par la Confédération pour la période 2013-2016. Il est chargé de faire le lien entre la recherche et l’industrie, dans le but d’accélérer l’industrialisation des découvertes technologiques dans le domaine du photovoltaïque. Actuellement, le centre compte une vingtaine de partenaires industriels en Suisse et en Europe et emploie une trentaine de personnes.

Il œuvre aussi pour le développement de cellules et de panneaux photovoltaïques. Le centre a par exemple mis au point, en partenariat avec l’EPFL, des cellules solaires cristallines qui permettent d’atteindre un meilleur rendement, pouvant aller jusqu’à 22,4%, tout en conservant un prix compétitif.

Le centre photovoltaïque cherche aussi à améliorer la fiabilité des panneaux solaires, ainsi que leur intégration architecturale sur les bâtiments en développant des modules plus esthétiques, aux couleurs des tuiles, par exemple. Le centre développe également des moyens de stocker l’énergie solaire produite.

Par ailleurs, le centre du CSEM se fait aussi sa place sur le plan européen. Il fait notamment partie d’un consortium qui réunit le Fraunhofer Institut für Solare Energiesysteme, en Allemagne, et l'Institut national de l’énergie solaire, en France.

Le défi pour l’avenir, aux yeux de Christophe Ballif, est de conduire la Suisse à offrir un rôle essentiel à l’électricité solaire dans le système énergétique national. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus