François Pantillon lâche sa baguette, mais pas la musique

C’est un monument de la musique baroque qui est donné ce dimanche en fin d’après-midi au Temple ...
François Pantillon lâche sa baguette, mais pas la musique

François Pantillon François Pantillon reprendra sa passion pour la composition.

C’est un monument de la musique baroque qui est donné ce dimanche en fin d’après-midi au Temple du Bas de Neuchâtel.

La Messe en si de Jean-Sébastien Bach est jouée lors d’un concert un peu particulier : le musicien et compositeur François Pantillon fait ses adieux à la scène musicale. Il dirige son dernier concert, après avoir passé presque 70 ans à conduire des formations et des chœurs. Je sens que c'est le moment de m'arrêter, raconte-t-il. C'est personnel, intérieur. Je suis à la limite physiquement et je ne voudrais pas terminer sur un insuccès.


Attaché à ses racines

Natif de La Chaux-de-Fonds, âgé de 85 ans et établi à Lugnorre, François Pantillon est violoniste, chef d’orchestre et de chœur, compositeur et spécialiste de l’Oratorio. Il est issu d’une grande famille de musiciens. Après une carrière internationale, il a souhaité revenir sur sa terre d’origine.

François Pantillon a côtoyé les plus grands, les chefs Karajan et Dutoit, les solistes Pierre Fournier et Misha Maïsky, pour ne citer que quelques noms. Il était promis à une carrière internationale. Mais ce stress, cette vie passée à changer d’appartement, comme il le dit, il n’en a pas voulu.

François Pantillon a choisi de revenir sur ses terres.  Avec son solide bagage bruxellois, ville où il a longuement étudié,  il s’est vite fait une place dans le monde musical suisse.


La musique ne s'arrête pas

Détailler tous les prix qu’il a reçus et toutes les formations qu’il a dirigées n’est pas possible. On retiendra tout de même la fidélité de l’homme : François Pantillon conduira la Société chorale de Neuchâtel pendant trente ans, jusqu’en  1995.  Et c’est avec son ensemble vocal de Berne qu’il termine sa carrière ce dimanche, un chœur d’élite qu’il dirige depuis 45 ans.

La carrière de chef d’orchestre de cet amoureux de la musique s’arrêtera. Mais la partition, elle, continuera: une fois sa baguette posée, François Pantillon se remettra à la composition. Un concerto pour orgue lui a été commandé il y a bientôt dix ans par l’Orchestre philarmonique de Saint-Pétersbourg.

Ce dimanche, le dernier concert de François Pantillon ne sera pas joué dans la tristesse. C'est pour moi un aboutissement joyeux. Il y a tellement d'optimisme dans cette Messe...et quand on dirige, vous savez, on n'a pas le temps de se laisser submerger pas l'émotion.

Lui, peut-être pas. Mais dans le Temps du Bas, l'émotion sera là, c'est sûr. /abo

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus