Sauver des vies grâce à une carte

La Suisse manque cruellement de donneurs d’organes. Un problème qui s’amplifie au fil des ans ...
Sauver des vies grâce à une carte

On a vingt fois plus de chances de recevoir un organe que d'en donner un. On a vingt fois plus de chances de recevoir un organe que d'en donner un.

La Suisse manque cruellement de donneurs d’organes. Un problème qui s’amplifie au fil des ans.

Plusieurs personnes transplantées tiennent à rappeler l’importance d’avoir une carte de donneur, à l’occasion de la Journée nationale du don d’organe qui a lieu ce samedi.

Dans le canton de Neuchâtel, les autorités apportent leur soutien en participant aux différents stands d’information mis sur pied par l’Association neuchâteloise des dyalisés et des transplantés et l’Hôpital neuchâtelois, à Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds.

Chaque année, ce sont près de 1'200 patients qui attendent un organe. Faute de donneur, une centaine d’entre eux décède.

Le nombre de refus a augmenté ces deux dernières années : On était à 25% en moyenne, maintenant on en est à 50%, déplore Marie-Pierre Chambet, coordinatrice locale du don d’organe pour l’Hôpital neuchâtelois.

Les raisons culturelles et religieuses sont souvent avancées, mais on remarque que les gens n’ont tout simplement pas discuté de ce qu’ils souhaitaient avec leur famille. Lorsqu’un drame arrive, la famille s’abstient, ne sachant pas ce que la personne décédée aurait voulu, explique-t-elle.

Sur les stands, pas question de faire du prosélytisme : l’idée, c’est que les gens se positionnent et parlent du don d’organe avec leur famille.

Si les gens passent tout droit, pas question d’insister. En revanche, si des passants démontrent un quelconque intérêt, alors on leur explique que selon les statistiques, ils ont vingt fois plus de chances d’attendre un organe que d’en donner un, raconte Marie-pierre Chambet.

Cela donne à réfléchir. /abo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus