HNe : les langues se délient après une vague de départs

Les démissions pleuvent au sein de l’Hôpital neuchâtelois : depuis le début de l’année, six ...
HNe : les langues se délient après une vague de départs

La quasi-totalité des départs concerne le site de La Chaux-de-Fonds. La quasi totalité des départs concerne le site de La Chaux-de-Fonds.

Les démissions pleuvent au sein de  l’Hôpital neuchâtelois : depuis le début de l’année, six médecins cadres ont donné leur démission, dont la grande majorité dans le Haut. Selon nos informations, un septième cadre a rendu son sac.

Contactées par notre rédaction, certaines personnes ont accepté de témoigner. Les raisons avancées sont d’ordre personnel, mais aussi institutionnel.

 

L’épuisement, faute de relève

Si les relations au sein de son service sont qualifiées de très bonnes, ce médecin cadre estime qu’il n’en va pas de même avec la direction. Il faut sans arrêt se battre pour obtenir des ressources humaines, témoigne-t-il. C’est pénible.

Une autre personne, également sur le départ, nous rappelle que les médecins sont des denrées rares, surtout les spécialistes. L’Hôpital neuchâtelois n’attire plus. Personne ne veut venir travailler dans une situation aussi instable. On est donc en sous-dotation, et je m’en vais avant d’arriver dans une situation de burn-out, prévient ce docteur.

Pour les médecins, les gardes s’enchaînent, les horaires irréguliers aussi, la charge de travail est constamment élevée. Et parfois le salaire ne suit pas. L’image d’une profession libérale qui rapporte des mille et des cent n’est plus d’actualité, loin de là.


Un dialogue muet

Politiquement, ce n’est pas la joie. Les choix de la direction nous font clairement comprendre que le site unique se fera dans le Bas, nous ne sommes pas fous, explique ce cadre, résigné. Un autre docteur ne s’explique pas pourquoi l’Hôpital neuchâtelois ne s’est pas allié avec La Providence. On l’aurait, notre site unique !

Sur ce dossier stratégique, le personnel soignant a le droit de se forger une opinion. Mais il n’ose pas contacter la presse, devoir de réserve oblige. La direction est montée quelque fois nous expliquer la situation politique, sans plus. Un constat partagé par cet autre spécialiste : Un dialogue avec la direction ? Mais il n’y en a pas !    

La confiance semble être rompue. Pour moi, la direction aurait dû dire dès le début que le mandat de l’HNe est impossible à remplir. Personne n’a hurlé. Ça nous amène à des situations de tensions extrêmes.

 

Avec un goût amer

Au moment de quitter l’HNe, l’un de nos interlocuteurs s’en va sans avoir signé de nouveau contrat.

Un autre dit partir soulagé : il n’aura plus à travailler dans ce contexte lourd. Mais ses collègues vont lui manquer : l’ambiance entre les médecins de La Chaux-de-Fonds a toujours été excellente, même si la direction prétend le contraire. Cette même direction qui provoque un clivage Haut-Bas…

 

L’HNe est surpris

La présidente du Conseil d’administration Claudia Moreno prend à cœur ces départs en masse. L’HNe a rencontré les intéressés pour connaître leurs motivations (ce que dément bon nombre de médecins). Souvent, ce sont des raisons de réorientation de carrière qui sont ressorties, raconte-t-elle.

Le manque de dialogue, elle s’en étonne. La direction a opté pour un style de travail participatif, notamment. On consulte les collaborateurs.

Quant aux ressources insuffisantes, Claudia Moreno temporise et rappelle qu’il y a un budget à tenir. Le régime d’économies n’a pas permis d’engager de personnes supplémentaires. Mais l’HNe rassure : Cette année, nous avons débloqué des fonds pour les services les plus en difficulté.

 

Le Haut saigne

La quasi totalité des départs concerne le site de La Chaux-de-Fonds. La conseillère communale Nathalie Schallenberger a été mise au courant de ces multiples démissions fortuitement, mardi soir seulement. Elle qualifie la situation de dramatique : Il semble que peu d’efforts soient faits pour renouveler les rangs de l’hôpital, déplore-t-elle.

Sur le plan politique, ce dossier rebondira donc la semaine prochaine. C’est en effet à ce moment-là que l’exécutif discutera de la suite à donner à une motion interpartis qui s’inquiète de la situation.

D’ailleurs, des représentants politiques ont prévu de donner une conférence de presse ce vendredi après-midi pour tirer la sonnette d’alarme.

La présidente du conseil d’administration de l’HNe prévient tout de suite : elle comprend les préoccupations du Haut. Des discussions sont prévues. Mais les problèmes que rencontrent actuellement La Chaux-de-Fonds ont aussi secoué le Bas: Simplement, les gens ne se sont peut-être pas manifestés publiquement à ce moment-là, conclut-elle. /abo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus