Vote électronique : pas de failles à Neuchâtel

Le système de vote électronique du canton de Neuchâtel ne risque pas de connaitre les mêmes failles que celui de Genève. Un spécialiste en sécurité informatique a réussi à créer un virus qui permet de modifier le choix des votants genevois. Dans Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung, le hacker estime que la faille provient de la possibilité pour l’utilisateur de modifier son vote.

 

Quatre étapes de sécurité

Selon le secrétaire général de la Chancellerie d’Etat de Neuchâtel, Pascal Fontana, les quatre étapes de sécurité du Guichet Unique suffisent à prévenir toute attaque. Le système d’authentification ressemble à celui utilisé lors de transactions bancaires sur internet. Le citoyen doit posséder un nom d’utilisateur et un mot de passe. Il se sert ensuite d’une carte à numéro (ou, depuis peu, d’un code reçu par SMS). Une fois le bulletin virtuel complété, l’utilisateur doit entrer le mot de passe indiqué sur la carte de vote reçue par courrier traditionnel. Enfin, le Guichet Unique lui envoie un accusé de réception. Par ailleurs, le système neuchâtelois ne permet pas à son utilisateur de changer son vote. Une fois envoyé à la Chancellerie, il n’est plus possible de le modifier, ni par correspondance, ni par voie électronique.

Le modèle de vote électronique des deux autres cantons pilotes en la matière, Genève et Zurich, ne possède pas ces niveaux de sécurité. Le code qui permet de voter par internet est imprimé sur leurs bulletins de vote. Il suffit ensuite aux utilisateurs de l’indiquer sur le formulaire qui se trouve en ligne.

 

Trente succès

Les citoyens neuchâtelois ont déjà eu une trentaine d’occasion de voter par voie électronique. L’expérience a été à chaque fois positive selon Pascal Fontana. Il rappelle que la prochaine possibilité sera les votations du 22 septembre avec au menu trois objets fédéraux et  éventuellement l’élection d’un nouveau conseiller communal neuchâtelois. /aes


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus