L’idée d’un système de cartes pour les conteneurs abandonnée

Le dossier des conteneurs enterrés s’invitera une nouvelle fois dans les discussions du Conseil ...
L’idée d’un système de cartes pour les conteneurs abandonnée

Le dossier des conteneurs enterrés s’invitera une nouvelle fois dans les discussions du Conseil général de la Ville de Neuchâtel lundi soir. L’exécutif communal sollicite un crédit de 206'400 francs pour mettre sur pied un système de comptabilisation des sacs poubelle.

Si le crédit est accepté, à l’avenir, tout habitant de la ville qui déposera sa poubelle dans un conteneur enterré devra appuyer sur un bouton pour qu’il s’ouvre afin que chaque nouveau sac qui entre soit comptabilisé.

Cette méthode doit permettre de détecter plus efficacement le moment où un conteneur est plein et, par conséquent, de mieux organiser les tournées de camions de la voirie.

Avec cette proposition, le Conseil communal fait un pas en arrière. L’exécutif souhaitait initialement que chaque habitant ait une carte magnétique pour ouvrir le conteneur ; une solution contre laquelle le Parti socialiste s’était élevé, la jugeant coûteuse et inutile.

Même si les socialistes sont dès lors satisfaits de voir ce système de cartes abandonné, le débat s’annonce malgré tout animé. Le PS attendait des excuses du Conseil communal dans le rapport qui sera présenté lundi soir. Il n’en est rien, selon lui.

Dans ce dossier, l’exécutif a outrepassé ses droits en signant un contrat valable 10 ans, portant sur près de 3 millions de francs, pour la gestion du système apposé sur les conteneurs enterrés, sans consulter le législatif.

Le Parti socialiste attendait également certaines mesures pour éviter qu’une telle situation ne se reproduise à l’avenir, comme l’idée d’un double contrôle ou d’une double signature. Selon lui, l’exécutif reste à nouveau assez silencieux  à ce sujet dans son rapport. Le Parti socialiste devrait donc hausser le ton lors de cette séance.

Un autre dossier est aussi à l’ordre du jour, celui du Jardin botanique. S’il passe la rampe, la Ville assumera seule la gestion du jardin dès 2014.

Cette séance sera aussi celle de la passation de pouvoirs entre le président du Conseil général, le PLR Fabio Bongiovanni, et son successeur socialiste Jonathan Grétillat. /sco-sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus