Les musiciens de rue fleurissent à Neuchâtel

Guantanamera sur la Place Pury, Bamboleo sur la place des Halles... Avec le retour des beaux ...
Les musiciens de rue fleurissent à Neuchâtel

A la belle saison, les musiciens de rue se produisent volontiers en zone piétonne. A la belle saison, les musiciens de rue se produisent volontiers en zone piétonne. Ici sur la place des Halles à Neuchâtel.

Guantanamera sur la Place Pury, Bamboleo sur la place des Halles... Avec le retour des beaux jours, les musiciens de rue s’en donnent à cœur joie à Neuchâtel.

De manière générale, les commerçants du centre-ville apprécient l’ambiance générée par ces animations, mais ils sont aussi nombreux à estimer que la qualité de certaines prestations laisse à désirer. Il faut dire que tout un chacun peut se produire sur le domaine public sans autorisation préalable. En revanche, les musiciens de rue doivent respecter certaines règles.

 

Activité réglementée

C'est la Ville de Neuchâtel qui fixe son propre règlement sur son territoire et la Police de proximité veille au grain. Les musiciens de rue peuvent se produire 30 minutes par demi-journée, soit pas plus de deux fois par jour au même endroit.

Le responsable de la Police de proximité à la Ville de Neuchâtel, Emmanuel Testaz, avoue que certains artistes transgressent les règles : c'est assez compliqué d'être derrière chaque musicien pour vérifier la durée des prestations! Toutefois, lorsqu'ils repèrent un musicien qui dépasse les bornes, les agents peuvent saisir l'instrument pour une durée déterminée.

 

Ressortissants étrangers

Selon une estimation d'Emmanuel Testaz, la très grande majorité des musiciens de rue à Neuchâtel sont des ressortissants étrangers, qui proviennent à 80% de Roumanie ou de Slovaquie.

Un citoyen étranger ne peut travailler que 8 jours par année en Suisse. Au-delà, il doit être en possession d'une autorisation de travail. Emmanuel Testaz concède que le phénomène est assez difficile à réguler. Lorsque ses agents remarquent que des musiciens sont présents depuis plus de 8 jours à Neuchâtel, ils leur demandent de partir. Les musiciens ne quittent pas le pays pour autant; ils s'en vont très souvent jouer dans d'autres villes.

 

Avis des commerçants

Les commerçants et restaurateurs du centre-ville de Neuchâtel sont unanimes : les musiciens de rue amènent de l'ambiance, mais trop d'artistes ne sont pas à la hauteur!

Manuel Ziller, patron de la crêperie du Sud, sur la place du Coq d'Inde, ne fait pas dans la dentelle : quand mes clients me font savoir que la musique les dérange, je demande aux artistes de partir. Je ne peux pas me permettre de perdre des clients sur ma terrasse. Le bouillonnant patron s'étonne que les musiciens de rue ne soient pas sélectionnés au préalable. Ce serait un gage de qualité pour la Ville!

Auditionner les musiciens de rue avant de leur permettre de se produire dans la rue est concept appliqué dans certaines villes de Suisse. Emmanuel Testaz avoue que la question a déjà été abordée à Neuchâtel, mais sa mise en place est en revanche plus compliquée : dans les villes qui fonctionnent de cette manière, ce sont les policiers eux-mêmes qui doivent juger si le musicien est apte à se produire dans la rue. Je me vois mal auditionner des gens alors que je ne fais pas de musique moi-même! concède humblement le responsable de la police de proximité. /sco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus